CABRAL AND THE DISPOSSESSION (DEHUMANIZATION) OF HUMANITY

It has been pointed out that the assassination of Amilcar Cabral marked the end of a sequence of history (Michael Neocosmos) namely the end of politics through armed struggles. In the process of thinking and re-thinking the legacy of Amilcar Cabral is it possible to say anything that has not been already said, either by himself, or by those who have written about him? Is it possible to go beyond just citing words and/or phrases that reconnect to his vision of an emancipated Africa? Is it possible to accept that, from the end of WWII, if not before, history has unfolded as imposed by the most powerful economic and political forces.

Discussing Amilcar Cabral, in a way, is no different from discussing other iconic and revolutionary figures whose lives were cut short precisely because of how they were perceived by their enemy. The long history of freeing Africa and Africans from the legacies of enslavement, colonization, apartheid, globalization seems like a never-ending task. The task could be made easier if one’s understanding of the above legacies were not too intimately tied to the Enlightenment.

In this essay, I would like to argue that one of the reasons Africa and Africans, and especially the poorest, are not better than they were in 1973 (possibly worse off), has to do, in part, with an inadequate understanding of how capitalism rooted itself in Africa, while uprooting its people, its culture, its history, and, at the same time pushing the splitting of humanity to levels that will make the task of coming back together appear impossible.

While most theorizers of capitalism and the processes linked to its expansion do mention violence, to my knowledge, none has really focused on the impact of cumulative violence on both sides. In addition, most theorizers, even if they may deny this, focus on the economic and financial impact of capital. The political and ideological impact resulting from the violence has not received the same kind of attention that the equation labor-capital has received. If capital, for the sake of its survival, shall feed on states, any of them, it will do so.

The financialization of capital and the kind of impunity it rests on must be analyzed through a theorization of how violence has been exercised while, at the same time, not being presented as violence. The towering dominance of finance capital is deeply connected with the violence present, represented and accumulated over the years in military organizations like NATO and the nuclear arsenals of countries with nuclear capability. In turn that latent violence which hangs over humanity like a Damocles sword has historical roots in processes that tend to be seen as separate. Ideologically speaking, capital and capitalism must be presented in the same light as, say the history of the US: the best, the greatest, incapable of committing crimes against humanity. The ruthlessness of capital, under any of its historical sequences, has been sanitized to the point of turning it into the “only acceptable alternative”.

The political and ideological power that has resulted from the violence inflicted during slavery and colonization deserves greater attention if the economic, political and cultural transitions are going to be understood, whether from slavery, colonial, apartheid to post-slavery, post-colonial, post-apartheid times. In a nutshell, the argument can be summarized as follows: from slavery through the current era called “globalization”, a type of power has emerged on a global scale that has not be given a name, as yet. In addition the cumulative effect of violence, physical and psychic has led to the emergence of a world in which violence will often take forms that have nothing or little to do with violence as is understood. To this kind of overwhelming power that is almost impossible to assess, one should add the power of technology. The creative side of technology is overemphasized while its destructive capacity has been growing beyond the imaginable.

For example, through advertizing (supposedly focused on creativity), consumers are led to believe that a given product (while in reality lethal for one’s health) is not only desirable, but also will enhance one’s health, and how one will feel, look, etc. Thus, while living under a socio-economic system that could be described as the most predatory in the history of humanity, humans seem to be unaware and/or unconcerned that, in the words of Aimé Césaire, “We have entered a tower of silence where we have become prey and vulture.” Indeed, one could convey the same idea by wondering whether capitalism has become the nicotine of humanity.

If it were to be analyzed in detail, this kind of power, rooted in how capitalism has imposed itself could lead one to conclude it has achieved the kind of dominance that Nazi leaders could never ever have dreamed of. Yet, it would be wrong to look at the end of WWII (i.e. how it came about, as a singular turning point. What is needed is a history of transitions (from slavery to colonization to apartheid to globalization) of capitalism, focused on where and how the concentration of economic, political, financial power was built.

One of the starting points has to be how the post-WWII has been presented by the powers that have been in control of that process: as a period that has brought greater progress, peace and security to everyone, under the twin aegis of capitalism and the United States. This narrative must be questioned in view of the crossroads in which humanity finds itself today. Asking for the narrative to be questioned does not mean that one has reached a conclusion with regard to how one should call the times under which we are living, but questioning at all times while maintaining fidelity to humanity can be the only way of maintaining fidelity to emancipatory politics.

Cabral’s famous warning about not claiming easy victory comes to mind. Yet, it could be argued that, in fact, systematically, at every transition there has been something akin to “claiming an easy victory”, or thinking that because some victories had been achieved, the rest, as Nkrumah so famously put it, will follow. In Frelimo’s publication during the struggle, an editorial was written, very critical of Nkrumah. Was Cabral thinking of Nkrumah when he issued his warning about not claiming easy victories?

As in any scientific endeavor, emancipatory processes, if they are going to be successful, can never end, if only because the temptations of one group seeking to take advantage of the rest is always going to be present. One of the difficulties, if not the principal one, is that the nature, form and appearance of the challenges will never be the same. Thus, Samora’s probing question “Who is the Enemy?” cannot ever have a prefabricated, or ready-made answer. It requires a constant battle whose shape, form, organization will never be the same. Sounds obvious, but is it? One of the reasons why there has been a tendency to claim easy victories (whether over slavery, colonization, Nazism or apartheid) comes from the imposition of historical narratives that see no connections (or very few) between these various phases when, in reality, the connections are structural, and should lead to constant re-examination.

For example, is it far fetched for an author like Claude Ribbe to look at Napoléon Bonaparte as a precursor of Hitler? Ribbe’s book focuses on how Napoleon ordered the restoration of slavery when he came to power. How that process was carried out may lead historians to other conclusions, but there is no doubt about how horrific it was (instructions coming from the highest levels were to make no prisoners, and asphyxiate them in massive numbers in the ship howls before throwing the dead bodies in the ocean). Moreover, Napoleon’s intentions were made clear: make the punishment as severe as possible so that the enslaved would think twice before engaging in overthrowing slavery. In other words, there are parts of the history of capitalism and/or nations that became powerful through its expansion that are considered sacred and untouchable. If impunity is going to be addressed seriously, then let it be done in a manner that does not flinch at investigating some of the most deeply embedded causes.

The enemy that allowed slavery to be abolished was actually working at modernizing slavery, i.e. getting rid of those shackles that were considered as obstacles on the growth of capital. The enemy that was later defeated in Indochina, Kenya, Algeria was in the process of modernizing its arsenal. This process has nothing to do with conspiracy theory; rather it has to do with the transition from colonization by European countries to US capital overtaking the latter. It has to do with the obvious: reconnecting histories that have continued to be treated as separate and unrelated to each other.

The history of the politics of emancipation as it has unfolded in Africa is one that should generate a process of rethinking à la Cabral. This would mean that emancipatory politics must understand the trajectories of colonization, apartheid, globalization, better than those who think that given that they always have won, there is no other lesson to learn from anyone, let alone from those who have been systematically slaughtered because their resistance was described as backward, barbarian, etc.

1. Power, violence and impunity

At the root of the long process of conquering Africa, one finds violence exercised with impunity. The end result, as can be seen today, is a practice of power that, implicitly and/or explicitly states that “power is only power if it is exercised with impunity”. In order to understand this, one has to look at the cumulative violence that has been unleashed for centuries, most of which went unrecorded in the annals or archives of the conquering forces.

It is not enough to note, as most observers do today, that there are two international justice systems, one at the service of the most powerful nations, corporations and one at the service of the weakest. For the latter, an arsenal of humanitarian, charitable organizations have been put in place since the days of the abolitionist movement in England, in particular, but not only.

Humanitarianism has a history longer than the birth of the United Nations and most charitable organizations. Humanitarianism can be looked at the manner in which the most powerful show their power to the weakest. Justice that is practiced out of charity is not justice. When adjectives begin to be added to justice, such as “social justice”, then one should be alerted to the fact that justice means different things to different groups of people.

For power to be exercised with impunity, the violence behind it must not be interpreted as questionable, or unjust. The most powerful nations and corporations are not interested in examining the reverberations/repercussions of how they exercise their power. It has reached levels of unaccountability that are usually associated with dictatorial rule.

For example, when it is decided in a given place that a group of people must be liquidated because one person has been identified as a threat to the well being of those controlling economic, political and financial power. Such a process makes a mockery of justice and reframes the parameters of international relations in a way that becomes impossible to challenge because impunity has become part and parcel of the definition of power as exercised by the most powerful.

2. Education, history

If one looks at the interest in history during the liberation struggles and the immediate aftermath, it is not difficult to notice that history was an important topic. Education was equally important. The reasons were obvious: if people were going to be mobilized to fight colonial rule, then it was important for them to understand its roots and how it worked, both physically and mentally.

The correlation between knowing the past, the present and the future was crucial in the success of the armed struggles for liberation. If one takes the example of Frelimo and the teaching of who the enemy is, during the armed struggle, it is not difficult to see how crucial education and history were as mobilizing weapons. When the colonized (or the enslaved) stand up and affirm themselves as not colonized, as free, they state that they count in a way that goes counter to how they had been treated by the enslavers and/or colonizers. However, that affirmation does require constant updating if the pitfall of National consciousness (or claiming easy victories) is going to be avoided.

Is it not interesting that preoccupation with history and/or education tends to occur at moments of crisis or in times when there is a sense that things cannot go on as they are? Although still in power, Frelimo has adopted the dominant manners and practices of its former enemy by relegating history, education and health to the bottom of the priorities. The presupposition (from the US to Mozambique, to DRC, to Brazil) is that these disciplines are sought by the less intellectually gifted. According to those in power (corporations and/or state) this is as it should be because the best brains are headed for science, Business and Law Schools.

Post Apartheid South Africa devotes 20% of its budget to education, and yet education continues to suffer from the apparent determination that it is not crucial for a society driven by a bottom line that has stated, for centuries now, that Africa and Africans should not get the best education possible for every single person. The bottom line continues to be dictated by the notion that those who have risen to the top have done so thanks to their own merit. The idea that maintaining fidelity to humanity is crucial not just for the tiny few at the top, but for every single one, is simply anathema to those who have most benefitted from the process of dispossession and dehumanization that has taken place under capitalism.

3. Capitalism: toward eradicating humanity and its history?

Over and above the typical features of capital related to the relationship between labor and capital, what takes place at the same time is a process of dispossession that goes far beyond what has been understood. How lethal capitalism has been in its process of destroying humanity has not been fully understood. The discussions about whether primitive accumulation or dispossession best capture how capitalism as an economic system operates can only lead to claiming easy victories, because capitalism has impacted humans in ways that go far beyond the realm of economics.

It is not sufficient to provide a critique of capitalism by just focusing on its economic features. Sometimes it may take the voice of poets to see better through capitalism. I will refer here to just two of them: Aimé Césaire and Ayi Kwei Armah. For the first I can only send readers to his Discourse on Colonialism. In it he articulates the interconnections between capitalism, Nazism and colonialism in a way that does not follow the usual script. He points out how the reconstruction of Europe went hand in hand with a continuation of Nazism (in the colonies). After all, it is not Hitler who proclaimed the following: “We do not aspire to equality, but to domination. The foreign race country must become again a land of serfs, daily farm or industrial workers. The issue is not to do away with inequalities among people, but to amplify them and turn it into a law”. Ernest Renan, the western humanist, the idealist philosopher is the author of this quote, written immediately following the end of WWII.

In a few more paragraphs, Césaire illustrates, with quotes, the ideological kinship between French thinkers and Hitler and his acolytes; between the barbarism that colonization leads to do, and where Nazism led. For Césaire, both colonialism and Nazism are the by-products of a sick civilization that, in his word “irresistibly, from consequence to consequence, from renunciation to renunciation, calls for its Hitler, I mean its punishment”.

From the perspective of Africa and its enslavement, Ayi Kwei Armah has written about the reality brought about by the white destroyers and the way to heal from the carnage. He has done it not only in his writings, but also in his practices as a writer, a thinker, as a sharer of his vision and understanding of the way away from the destroyers’ way. In chapter 7 of Two Thousand Seasons, readers will find reflections that are pertinent to not claiming easy victories, as in the following lines where he describes what a liberator is: “For he is no liberator whose skill lies in calling loudly to the bound, the trapped, the impotent enslaved, to rise upon their destroyers. The liberator is he who from a necessary silence, from a necessary secrecy strikes the destroyer. That, not loudness, is the necessary beginning.” (p. 314) Further down, he warns of more difficulties: “Dangers will be in the newness of this discovery, dangers like the headiness of too quick, abundant faith from those too long sold to despair; the pull of old habits from destruction’s empire; the sour possibility of people helping each other turning in times of difficulty into people using each other to create a selfish ease…(p.315)

4. Cabral and Guiné-Bissau

As observers and scholars look today at the African continent, the general impression that emerges is certainly not the one that prevailed around 1973, just before the assassination of Cabral. Even the assassination of Cabral could not dampen the feeling that victory against Portuguese colonial rule was within reach. By April 1974, thanks to the pressure brought by the armed struggles in the colonies, the Portuguese army seized power and put an end to the dictatorship. With the independence of Mozambique the (September 1975) the focus shifted from ending Portuguese colonial rule to facing and defeating Ian Smith and its allies in South Africa. With the defeat of the Americans in Vietnam in 1975, it appeared as if anything was possible, including the end of the apartheid regime. There came Soweto 1976, but soon after that (September 1977) came the assassination of Steve Bantu Biko. And it was around this time (April 1976) that the US (under Henry Kissinger), decided that the timing of the end of apartheid had to take place according to what would be decided in Washington, London, and not by Africans pursuing their search for complete and total emancipation from centuries of domination.

For the purposes of this essay and the current times, there is one question that is impossible to avoid: from the days of Nkrumah’s rise to power and the process of decolonization, what is it that, systematically, has not been dealt with as it should have been? Despite the volumes written on, around African unity, how come everything but unity prevails? What is it that prevented thinkers like Cheikh Anta Diop, Nkrumah, Cabral, Fanon, Nyerere, Mondlane, Ruben Um Nyobe, from joining their efforts? What is it that has led African political leaders to treat Cheikh Anta Diop’s individual work with the same disdain that, collectively speaking, Haiti’s overthrow of slavery has been treated? These questions will have to be answered sooner or later.

I mentioned earlier the fact that in the process of enslaving and colonizing the continent, the process of destruction did much more than what has been acknowledged, even by leaders like Cabral. It is one thing to call for African unity, it is another to articulate it in a way that any one on the continent would immediately understand the historical, cultural, linguistic, philosophical roots of that unity; provided such articulations were rooted in an understanding and conviction that, in fact, the unity that politicians talk about has in fact been in existence through the culture, the languages, the values that can be traced back to Egyptian civilization. Although Cabral himself pointed out that the history of Africa has deeper roots than alleged by the theoretical approach framed by the history of class struggle, there is no evidence that he or his close collaborators, like Mario de Andrade, for example, took the work of Cheikh Anta Diop seriously.

Today, what is the state of liberation (emancipatory politics) in countries that fought armed struggles? More broadly speaking what is the state of the continent compared to what it looked like it might become in 1973? Can one say that the leadership in charge today has carried on, with fidelity to humanity (as envisioned by Fanon in his conclusion to The Wretched of the Earth) from where Amilcar Cabral and others left?

Land grabbing in various countries is taking place as if cued by some sort of virtual replay of the Berlin Conference (more than a century later) aimed at dividing up the Continent according to the new configuration imposed by capitalism. If it is not land grabbing, laundering of the money made through drug trafficking is ensuring that capitalism does take root by any means necessary. The dispossessing or dehumanization of humanity has received a new lease of life on the continent thanks to a renewed process of aggression against the most precious treasure held by all human beings: conscience.

5. Conclusion

For emphasis, let it be said that the focus on African history and not on history has led to a failure to understand humanity and its history as a whole. By creating area studies for the sake of producing expert knowledge on areas like Africa, the US and its allies (mostly former colonizing countries) created a way of looking at African history that prepared the ground for the repeated stumbling that prevented a complete and total eradication of the consequences of enslavement and colonization. When looking at the history of Africa and Africans by only concentrating on the continent, one ends up distorting that history. In turn that distortion leads to a distortion of the history of humanity especially if, in the process, the humanity of Africans is systematically denied.

From within the emancipatory tradition, there are more voices of conscience than the ones referred to in this text. At the same time, what is not sufficiently appreciated is the degree to which capitalism has come to dominate humanity’s conception of itself, and its reliance on its conscience to keep coming back to its senses. Whether it was from Fanon, Ruben Um Nyobe, Biko, Sankara, Lumumba, Nehanda or Kimpa Vita, these voices expressed what humanity has in common: conscience. While it may have been eroded to the point of giving the impression that it has disappeared, I would suspect that it never will, but if it is going to succeed in reversing the current process, then there has to be a conviction that conscience is humanity’s most powerful weapon in resisting its ongoing liquidation.

If Césaire’s questioning of whether Nazism had ended (Discourse on colonialism) had been pursued systematically, one of the possible results could have led to an understanding of capitalism as a system that modernized Nazism so that it would automatically generate mechanisms (ways of thinking) aimed at getting rid of those members of humanity that are considered worthless: the poor, the Africans, the old people, the indigenous people, street children, the handicapped, the terminally ill, etc. In other words, what can be seen today (through so-called globalization, but not only) is a modernized form of Nazism in which there is no Hitler to point at as a scapegoat, but capitalism seeks the same lebensraum that Hitler was aiming at. The difference is that capitalism has been slowly transforming humanity into its opposite by occupying all of the spaces that were once considered sacred if fidelity to humanity was going to be maintained.

J. Depelchin (Hugh Le May Fellow at Rhodes University, July-December 2012—Visiting professor history department, Universidade Estadual de Feira de Santana, Bahia Brazil)

Dr Denis Mukwege’s Presentation to the United Nations 25/9/2012

Your Excellencies, Mr. Ambassadors,

I would have liked to begin my speech with the usual formulation, “I have the honour and privilege of taking the floor before you.”

Alas! The women victims of sexual violence in Eastern DRC are in dishonor. I constantly with my own eyes see the elder women, the young girls, the mothers and even the babies dishonored.

Still today, many are subjected to sexual slavery; others are used as a weapon of war. Their organs are exposed to the most abhorrent ill-treatment.

And this has been going on for 16 years! 16 years of errancy; 16 years of torture; 16 years of mutiation; 16 years of the destruction of women, the only vital Congolese resources; 16 years of destruction of an entire society. Certainly your respective countries have done much during this time to address the consequences of this barbarity. We are very grateful for that.

I would have liked to say “I have the honour of taking part in the international community that you represent here”. But I cannot.

How can I say this to you, representing the international community, when the international community has shown its fear and lack of courage during these 16 years in the DRC.

I would have liked to say, “I have the honour of representing my country”, but I cannot.

In effect, how can one be proud of belonging to a nation without defence, fighting itself, completely pillaged and powerless in the face of 500,000 of its girls raped during 16 years; 6,000,000 of its sons and daughters killed during 16 years without any lasting solution in sight.

No, I do not have the honour, nor the privilege to be here today. My heart is heavy.

My honour, it is to be with these courageous women victims of violence, these women who resist, these women who despite all remain standing.

Today, thanks to the report of the UN experts, the Mapping Report of the High Commissioner for Human Rights of the United Nations, and many other credible reports, no one can continue to hide behind the argument of the complexity of the crisis. We know now the motivations behind this crisis and its different actors. What is missing is the political will.

But until when? Until when must we continue, helpless, to witness other massacres?

Excellencies, Mister Ambassadors ; it is with great humility that i tell you this.

We do not need more proof, we need action, urgent action to arrest those responsible for these crimes against humanity and to bring them to justice. Justice is not negotiable. We need your unanimous condemnation of the rebel groups who are responsible for these acts, we need concrete actions with regard to member states of the United Nations who support these barbarities from near or afar. We are facing a humanitarian emergency that no longer has room for tergiversation. All the ingredients are there to put an end to an unjust war that has used violence against women and rape as a strategy of war. Congolese women have a right to protection just as all the women on this planet.

Shelving all these credible reports wil harm the credibility of the various UN resolutions requiring the protection of women in times of conflict and will entirely discredit our dear institution, which is supposed to ensure the non repetition of genocide.

The great principles of our civilization decline; they decline through new barbarities, as in Syria or DRC; but also through the deafening silence and the lack of courage of the international community.

We cannot silence the truth as it is persistent. We should rather confront it to avoid betraying our ideals.

I have the honour to say that the courage of women victims of sexual violence in the Eastern Congo will in the end overcome this evil. Help them restore peace!

Thank you.

Denis Mukwege
Medical Director
Panzi Hospital
Bukavu-RDCongo

Tentative d’assassinat de Dr. Denis Mukwege à Bukavu, Joseph Kabila ne connait pas non plus le docteur des femmes violées?

Par Freddy Mulongo–Vendredi 26 octobre 2012. Un gouvernement responsable protège tous ses citoyens. Et il veuille à ce que l’élite du pays ne soit pas décapiter. Or que voyons-nous en République démocratique du Congo, on tue, on assassine, on zigpouille l’élite congolaise: activistes des droits de l’homme, journalistes, acteurs politiques de l’opposition. Et le gouvernement d’Augustin Matata Pognon, le Vuvuzélateur Lambert Mende et autres apparatchiks Joséphistes s’en pressent pour se disculper: Joseph Kabila ne connaissait pas Floribert Chebeya, il ne connait pas non le docteur des femmes violées Denis Mukwege revenant d’un séjour en Europe qui a été violemment agressé le jeudi 25 octobre dans la soirée à Bukavu ? Nous avons à faire au Congo à une bande mafieuse, des usurpateurs-imposteurs qui ont pris les institutions de la République en otage et ils nous soulent avec des discours mensongers, des balivernes à dormir debout. Après Floribert Chebeya, le soldat des droits de l’homme au Congo, originaire de Bukavu, assassiné par le régime dictatorial de Joseph Kabila en juin 2010, faut-il assassiner le Dr. Denis Mukwege à Bukavu ? Ses prises de position contre la guerre dans l‘est de la RDC et ses critiques répétées à l’encontre des groupes armés qui y font régner la terreur ont-elles failli coûter la vie au docteur Denis Mukwege, directeur de l’hôpital de Panzi ? Les agresseurs, qui ne portaient pas d’uniformes, se sont introduits dans la maison du docteur alors qu’il était absent, rapporte l’ONG.

Quand une heure et demie plus tard, celui-ci est arrivé chez lui, un des hommes armés a tenté de le forcer à sortir de son véhicule. Un agent de sécurité posté devant la demeure du docteur a alors tenté d’intervenir, mais le gardien a été abattu d’un coup de feu tiré à bout portant. Les assaillants ont ensuite visé Denis Mukwege, sans parvenir à l’atteindre. Le médecin ne devrait son salut qu’à la mobilisation des habitants du quartier qui se sont portés à son secours alors qu’il avait été brièvement ligoté par les assaillants.

Discours aux Nations Unies du 25 septembre 2012 par le Dr. Denis Mukwege

Excellences Messieurs les Ambassadeurs,

J’aurais voulu commencer mon discours par la formule habituelle : « j’ai l’honneur et le privilège de prendre la parole devant vous. »

Hélas ! les femmes victimes de VS de l’Est de la RDC sont dans le déshonneur. J’ai constamment sous mes yeux les regards des vieillardes, des filles , des mères et même des bébés déshonorés. Aujourd’hui encore, plusieurs sont soumises à l’esclavage sexuel ; d’autres sont utilisées comme arme de guerre. leurs organes sont exposés aux sévices le plus ignoble.

Et cela dure depuis 16 ans ! 16 ans d’errance ; 16 ans de torture ; 16ans de mutilation ; 16 ans de destruction de la femme, la seule ressource vitale congolaise ; 16 ans de déstructuration de toute une société. Certes, vos états respectifs ont fait beaucoup en terme de prise en charge des conséquences de ces barbaries. Nous en sommes très reconnaissant.

J’aurais voulu dire « j’ai l’honneur de faire partie de la communauté internationale que vous représenter ici » Mais je ne le puis.

Comment le dire à vous, représentant de la communauté internationale quand, la communauté internationale a fait preuve de peur et de manque de courage pendant ces 16 ans en RDC.

J’aurais voulu dire « j’ai l’honneur de représenter mon pays. », mais je ne peux pas non plus.

En effet, comment être fier d’appartenir à une nation sans défense ; livrée à elle-même ; pillée de toute part et impuissante devant 500.000 de ses filles violées pendant 16 ans ; 6000000 de morts de ses fils et filles pendant 16 ans sans qu’il y aucune perspective de solution durable.

Non, je n’ai ni l’honneur ; ni le privilège d’être là ce jour. Mon cœur est lourd.

Mon honneur, c’est d’accompagner ces femmes Victimes de Violence courageuses ; ces femmes qui résistent, ces femmes qui malgré tout restent débout.

Aujourd’hui grâce au rapport des experts des nations Unies , au Mapping report du haut commissaire aux droits humain des nations unies et beaucoup d’ autres rapports crédibles , plus personne ne peut se cacher derrière l’argument de la complexité de la crise. Nous savons donc désormais les motivations de cette crise et ces différents acteurs. Ce qui fait défaut c’est la volonté politique.

Mais jusques à quand ? Jusques à quand devons nous encore assister impuissants à d’autres massacres?

Excellences,Messieurs les Ambassadeurs ; c’est avec une grande humilité que je vous dis, vous savez !

On a pas besoin de plus de preuve, on a besoin d’une action, une action urgente pour arrêter les responsables de ces crimes contre l’humanité et les traduire devant la justice. La justice n’est pas négociable On a besoin de votre condamnation unanime des groupes rebelles qui sont responsables de ces actes, on a besoin des actions concrètes à l’encontre des états membres des nations unies qui soutiennent de près ou de loin ces barbaries.

Nous sommes devant une urgence humanitaire qui ne donne plus place à la tergiversation.

Tous les ingrédients sont réunis pour mettre fin à une guerre injuste qui a utilisé la violence et le viol de femmes comme une stratégie de guerre. Les femmes congolaises ont droit a une protection à l’instar de toutes les femmes de cette planète.

Vouloir mettre tous ces rapports crédibles dans le tiroir de l’oubliette sera porté une atteinte grave à la crédibilité de différentes résolutions des nations unies exigeant la protection des femmes en période des conflits et donc décrédibiliser toute notre chère institution qui pourtant est censée garantir la non répétition du génocide.

Les acquis de la civilisation reculent; ils reculent par les nouvelles barbaries comme en Syrie et en RDC; mais aussi par le silence assourdissant et le manque de courage de la communauté internationale.

Nous ne saurions pas taire la vérité car elle têtue, nous devrions plutôt l’affronter pour éviter de trahir nos idéaux.

J’ai l’honneur de dire que le courage des femmes VVS de l’Est de la RDC finira par vaincre le mal.

Aidez-le à retrouver la paix !

Je vous remercie.

Denis Mukwege, Médecin Directeur, Hôpital de Panzi, Bukavu-RDCongo

Vendredi 26 octobre 2012 à 13:07 :: radio :: #2984 :: rss
Transféré de Reveil-FM: http://reveil-fm.com/index.php/2012/10/26/2984-tentative-d-assassinat-de-dr-denis-mukwege-a-bukavu-joseph-kabila-ne-connait-pas-non-plus-le-docteur-de-femmes-violees

DE RIO 92 À RIO 92+20 À RIO MOINS L’HUMANITÉ

Si tout le monde, semble-t-il, s’y attendait, pourquoi la paralysie ? Le capitalisme
serait-il devenu la nicotine de l’humanité ?

Pendant les siècles d’installation de la prédation comme méthode d’organiser
tous les rapports humains/eau/air/terre , ceux qui se sont trouvés aux postes
de décisions des destinées de l’humanité ont appris plusieurs leçons, parmi
lesquelles, semble-t-il, celle de ne penser l’humanité qu’à travers les objectifs de
la prédation, à savoir un mode de vivre réduit à la survie des plus puissants.

L’organisation de la prédation durant les siècles de sa mise en place a amené à
faire croire à la majorité du genre humain que la prédation lui était bénéfique.
Serait-ce possible que les organisateurs de ce système ne se soient pas rendus
compte qu’ils mettaient en place un système prédateur qui s’attaquerait à tout y
inclus les créateurs et leurs descendants ?

Pour certains Rio + 20 devrait être appelé (comme le suggèrent, entre autres,
Preethi Nallu, Elizabeth Mpofu) Rio moins 20 en raison des reculs par rapport
à ce qui avait été visualisé en 1992. En réalité la régression est difficilement
mesurable compte tenu de ce que l’humanité a appris non seulement depuis
1992, mais aussi depuis des millénaires.

Il est urgent de poser et de répondre aux questions qui dérangent non seulement
les responsables directs de cette situations, mais aussi de poser la question de
savoir comment le genre humain a été amené à être désensibilisé par un système
dont les capacités de séduction n’ont d’égal qu’une volonté toujours croissante
de destruction. C’est cette volonté de destruction de plus en plus difficile de
maquiller qui explique aussi le refus des responsables de s’atteler à l’histoire
de comment l’humanité est arrivée à ce point. Une telle histoire obligerait
d’aller le plus loin possible jusqu’aux racines les plus profondes du processus de
liquidation de l’humanité et de son environnement.

Dans ce cas ne devrait-on pas parler de Rio moins 2.000? Ce que tout humain
peut observer aujourd’hui sur les comportements du monde de la finance
n’amène-t-il pas à se demander si celui-ci, sans se rendre compte, aurait pris le
relais d’organiser le crime suprême contre l’humanité ? Conduisant celle-ci à
garantir sa liquidation en bloquant tous les recours possibles à tous les niveaux.
Les exemples abondent : une justice internationale organisée par les plus
grandes puissances pour assurer leur survie, fondée sur la nécessité de ne pas
reconnaître les crimes contre l’humanité ; une économie mondiale gérée pour le
plus grand profit des plus puissants ; un système de santé axé prioritairement
sur la loi du profit des grandes compagnies pharmaceutiques et des alliés de la
filière santé ; des systèmes éducationnels prétendant servir tout le monde quand
ils fonctionnent pour mieux renforcer la main mise des plus nantis, pour réduire
l’accès au savoir. Un système d’information et de communication reproduisant
les dogmes formatés par les exigences de la propagande des plus puissants. La
justice fonctionne-t-elle encore comme justice pour l’humanité ? Un système qui
vit de la prédation peut-il être juste, peut-il faire la distinction entre le bien et le
mal, entre la justice et l’injustice?

Ce faisant, ce système prédateur, jusqu’à présent, est parvenu à imposer la
mémorisation d’une histoire dont la fonction principale est de véhiculer en
même temps la disparition de la mémoire de tout ce qui pourrait aider à rompre
avec cette même prédation comme mode de vie. Cette narration répète que,
somme toute, il faut être très content car ce monde, selon ces manipulateurs
des consciences et de la mémoire, aurait pu être pire. Et d’exhiber des tableaux
statistiques démontrant que, malgré l’accumulation des preuves du contraire,
nous vivons dans un monde où tout va bien et où le futur promet d’être encore
meilleur, sous leurs ordres.

Ils ont construit une histoire et un vocabulaire à la hauteur d’une stratégie de
guerre totale contre tout ce qui résiste à la soumission au système, et pour
l’acceptation de ce que la conscience de l’humanité, pas toujours ferme, continue
de rejeter. Malgré les résistances à la glorification de la prédation, l’art de la
manipulation des réalités pour faire dire le contraire de ce que la nature dit a
atteint un niveau qu’il est difficile de cerner tant cet art de la simulation s’est
développé. Les déboires de l’humanité essayant de survivre sont présentés
comme autant de victoires consacrant la gloire d’un système économique
devenu tellement inamovible que la plupart des gens préfèrent s’y soumettre.
Subliminal, le message nous dit systématiquement que le capitalisme est ce qu’il
y a de meilleur et que les problèmes proviennent des difficultés et, parfois, des
refus, d’adaptation à un système connu pour son efficacité dans le processus de
dévalorisation du principe de vie, de l’humanité, tout en prêchant, sans arrêt, la
valorisation de sa science de mettre fin à l’humanité.

Un vocabulaire qui cache la réalité

On pourrait rédiger des volumes sur cet art de la prédation de se présenter
comme l’apporteuse des bienfaits recherchés par l’humanité. Des mots
comme « émergents » sont censés reconnaître les pays qui sont sur la bonne
voie dans la réalisation du rêve collectif de l’humanité. Comment a-t-on pu
oublier si vite que les mêmes professeurs de la recherche des bienfaits de
l’humanité par l’économie de prédation nous faisaient accepter les pays « en
voie de développement » comme indicateurs de la bonne voie. En voie de
développement signalait aux candidats qu’ils étaient sur la bonne voie du
progrès. « Développement » comme « émergent » veulent encourager les gens
à continuer de se battre pour émuler les développés, les avancés, etc. Et cela
malgré l’évidence toujours croissante que ces mêmes pays, ne parviennent pas à
résoudre la crise qui menace le modèle qui a fait leur fortune et qui a tant coûté à
l’humanité.

Il y aussi d’autres mots comme « développement durable » en anglais cela
donne « sustainability ». Il est parfois difficile de ne pas conclure que ces
apprentis sorciers de la prédation traitent l’humanité comme des rats de
laboratoire pour les diriger à moindre frais vers l’abattoir.

Chaque être humain, à des degrés divers, se sent floué. Et, ce qui est pire, est
qu’il ne semble exister aucune instance de recours pour redresser la situation. À
qui se plaindre ?

On a parfois l’impression en passant en revue l’histoire des derniers siècles
de l’humanité et des instruments mis en place pour la liquider que l’équation
« humanité ou capitalisme » n’a vraiment jamais changé et que le capital s’est
toujours organisé et réorganisé pour imposer ses règles…avec l’aide consciente
et/ou inconsciente de quelques segments de l’humanité.

Pour mieux comprendre le capital et ses règles : les fabricants de cigarettes ?

Dans son livre au titre annonçant la couleur [The Golden Holocaust :Origins of
the Cigarette Catastrophe And the Case for Abolition. University of California
Press. 2011], Robert N. Proctor conclut que compte tenu des objectifs mortifères
des fabricants de cigarettes, il faudra, tôt ou tard, exiger son abolition. Comme
beaucoup d’historiens avant lui, Proctor est convaincu que l’abolition de
l’esclavage par les pays qui en profitèrent le plus, fut une grande victoire de
l’humanité. Il est permis d’en douter. Vu ce qui a suivi cette abolition et, surtout,
le fait que les plus grands bénéficiaires de ce système, tant au niveau individuel
que collectif, ne furent jamais sanctionnés, ne faudrait-il pas se demander s’il y
a vraiment eu abolition. N’y a-t-il pas eu, comme il arriva souvent par la suite
(par exemple, de la colonisation, au nazisme, à l’apartheid, à la néo colonisation,
à la présente prédation globale), une fuite en avant, à savoir une abolition par
modernisation de l’esclavage et, surtout, de ses conséquences. Lorsqu’il y a
eu une véritable abolition comme ce fut le cas, par exemple, à Haïti, la France,
appuyée par ses alliés, imposa un paiement de compensation qui eut pour
résultat, entre autres, de punir les Haïtiens dont le seul crime avait été de mettre
fin à un crime contre l’humanité, allant, dans la foulée, plus loin que la Révolution
Française de 1789. Mais pour la France et ses partenaires dans la prédation,
les Africains ne faisaient pas partie de l’humanité. Il fallait empêcher, coûte que
coûte, la floraison d’une pensée et de pratiques émancipatrices.

À Rio en juin 2012, l’humanité faite des peuples de toute la planète a pu voir
que la mentalité discriminatrice de l’humanité, est déterminée à poursuivre sa
logique de prédation. Que faire ? C’est le titre du dernier chapitre du livre de
Robert N. Proctor. Sa réponse est-elle à la hauteur du crime ? L’impunité du
capital (quelle que soit l’industrie) malgré ce qui est connu des crimes avérés
contre l’humanité amène à penser que le capitalisme est devenu la nicotine de
l’humanité. Pour s’en débarrasser il faudra sans doute aller plus loin que les
propositions de Robert N. Proctor, tout en le remerciant infiniment pour un
livre qui nous encourage par une dédicace appelant à un monde sans tabac, une
science sans corruption, des corps libérés de la maladie.

MUMIA ABU JAMAL AT 58: APRIL 24 2012

Being a late happy birthday

At fifty plus eight on April 24, 2012. A “lifer”, Mumia Abu Jamal continues resisting a system determined to liquidate him, his humanity, his story, our history. If we (all who admire him) were to resist like him, the world would be pulsating in synchrony with humanity, not for its liquidation.

At 58
Too many years
Face to face
Staring death made visible inescapable
So far a conscience stronger
Has kept death away
A shining diamond conscience
Keeps shaming
An opaque, fraudulent, corrupt
Justice system that has accommodated
To injustice, to the tune dictated by wealth
Accumulated through land grabbing, slavery

A justice system craving for killing
One innocent person following his conscience
Standing up for
Hundreds of thousands craving for living life

Craving for living life as an art
Not martial, life as a pulse, a wave
Toward justice
Truth
Fidelity to humanity

Resisting for so many years of
Assaults aimed at getting rid
Of him for years that feel
Like an eternity

How could he be only 58?

Mumia larger than life
Older and younger
Could be a multiple of 58
Been around it seems headed
For infinity
Seems to have faced death forever
Still defeating injustices with
A conscience his only weapon

Living as an art
Mumia has given
Life, time, living, timing
Unfathomable dimensions way beyond
The shackles of an unjust system born out
Of a predatory will to liquidate
Humanity and its history

Living life as an art
To keep being born free
Could it be that he is free and we
Outside his prison walls, have been jailed?

How has he done this?
Mumia the trickster, more feared now
Because those who vowed to fry the nigger
Are still making vows that keep failing

Yes, Mumia teaching freedom from death row
Free inside in a way those outside
Are still trying to figure out
How to be

Is this fiction?
Some might have concluded
Mumia is such a rare gem he might be from another world
The jailers have been defeated
How?
An unknown quantum physicist has suggested that
Mumia in living life as an art
To defeat injustices
has grown
A particle unknown
The ultimate particle that cannot be split
Cannot be smashed in the most powerful
Cyclotrons [linear accelerators] known to science

Another unknown person
Has suggested that the body of Mumia
Is the ultimate cyclotron
producing the rarest of particle
The Mumion (or Mumon)

the Mumion sits in all members of humanity
it keeps calling for fidelity
to truth,
to justice
fidelity to MÂÂT

Thank you Mumia for your art
Thank you for being who you keep growing to be
Thank you for building another world
Thank you for your generosity
Thank you for your humility and simplicity

Thank you for showing us that we could do better with our own conscience

Do take care, jd

Haïti, Afrique, Aristide : pour l’histoire d’une seule humanité

Depuis l’époque où les Africains, concentrés contre leur gré à Saint Domingue (Haïti), se sont révoltés pour mettre fin à l’esclavage (1791-1804), sans l’approbation des abolitionnistes, ces derniers et les alliés de ceux qui avaient perdu cette bataille-là s’organisèrent pour que l’émancipation de l’humanité soit faite selon leur volonté. Au vu de ce parcours, il n’est pas exagéré de conclure qu’il s’est toujours agi d’une volonté mortifère, vengeresse, prédatrice, plus intéressée dans la liquidation de l’humanité qu’à son émancipation, et donc, aussi à la liquidation de l’histoire de ces luttes pour l’émancipation.

Dans un contexte où règne une soumission mal déguisée à la prédation comme mode de vivre, il sera difficile, sinon impossible, d’avoir la curiosité de savoir ce qui alimente une volonté d’accumulation de puissance, sous toutes ses formes. Comment décrire la rencontre entre l’Europe et l’Afrique ? Elle a lieu dans la foulée de la découverte des Amériques et du début du génocide Américain (David E. Stannard, The American Holocaust). C’est à partir de là que s’est mis en route, un processus d’accumulation de puissance (militaire et financière) qui ne s’est plus jamais arrêté, et qui érigera en un principe, aujourd’hui de plus en plus évident, la réduction de la justice à l’imposition de la loi du plus fort.

Il vaut la peine de rappeler, pour mémoire, quelques étapes de ce parcours : von Trotha en Afrique du Sud Ouest (aujourd’hui Namibie) organisateur de la liquidation des Herrero et des Nama ; Léopold II et ses agents dans l’Etat Indépendant du Congo (Caoutchouc rouge) ; l’Arménie, Nankin, Auschwitz, Hiroshima, Nagasaki, Gulag, Guantanamo, guerres ouvertes, guerres de basse intensité, guerres secrètes, dictatures coloniales et néocoloniales, crises économiques, financières toujours résolues au bénéfice des plus puissants, des plus riches, pour qui l’impunité va toujours de soi (mis à part les rares cas des boucs émissaires, pour donner l’impression de justice). Dans le subconscient de ces derniers, la mémoire d’un tel parcours pourrait se résumer par ces mots : « Nous sommes au-dessus de l’impunité, au pire seront nos crimes contre l’humanité, plus élevés seront nos gains. » En cas de doute, il suffit d’observer contre qui et pour qui fonctionne, par exemple la Cour Pénale Internationale (CPI), les institutions financières internationales (Banque Mondiale, Fonds Monétaire International). Il est vrai que, de temps à autre, surgissent des sursauts de conscience qui méritent d’être signalés comme, par exemple, Our Major Slave-Trading Family, In the “Deep North” http://www.racismreview.com/blog/2008/04/21/our-largest-slave-trading-family-in-the-deep-north/ Il y en a d’autres, souvent invisibles, mais, il est permis de se demander, compte tenu des verrouillages en place à tous les niveaux, si ces sursauts sont à la hauteur d’un crime contre l’humanité qui ne s’est jamais arrêté et qui semble déterminé à se perpétuer.

La révolution des Africains à Haïti, pour l’émancipation de l’humanité est allée plus loin que la Révolution Française de 1789. Ce sont les Africains qui ont aidé les Français de la Convention à abolir l’esclavage (1792-94). Cette brève inversion de l’histoire vue et contée par la France de Napoléon et ses successeurs ne sera jamais pardonnée aux Africains de Haïti. Une fois Napoléon au pouvoir, en France, les bénéficiaires de l’esclavage organisèrent leur revanche, en imposant au nouvel état indépendant de Haïti le paiement de compensations. Dans les mémoires des Haïtiens, cette compensation n’aurait jamais dû être payée. Pourquoi les Haïtiens se retrouvent tant esseulés malgré les liens avec l’Afrique, malgré une révolution qui fait honneur à l’histoire d’une humanité cherchant constamment à s’émanciper ?

L’arrivée d’Aristide au pouvoir a coïncidé avec une réactivation de la mémoire de fidélité à l’émancipation de l’humanité, les héritiers lointains des propriétaires d’esclaves et des plantations réagirent comme les puissants, les riches ont toujours réagi, quand ils sont pris en défaut de respect et de justice vis-à-vis de l’humanité. En 2004, Aristide et le peuple Haïtien célèbrent le bicentenaire d’une révolution qui devrait faire honneur à toute l’humanité. De tous les chefs d’états Africains invités, seul Thabo Mbeki, président de l’Afrique du Sud, sera présent ; alors qu’en 1989, au bicentenaire de la Révolution Française organisée par Mitterrand, pratiquement tous les Chefs d’États Africains étaient présents (http://www.ina.fr/economie-et-societe/vie-sociale/video/I05298140/francois-mitterrand-et-ses-invites-aux-ceremonies-du-bicentenaire.fr.html).

L’isolement, les insultes, la diabolisation des Haïtiens dans la lutte pour l’émancipation de l’humanité peut s’expliquer de diverses manières. Cependant, toutes convergent vers la réalisation d’un objectif cher aux accumulateurs de la puissance : d’une part se présenter comme les seuls représentants valables de l’humanité et d’autre part, faire disparaître l’humanité et/ou la réduire à son expression marchande : l’humanitarisme. Car au nom de celui-ci les liquidateurs réels de l’humanité cherchent à se présenter comme les sauveurs virtuels de l’espèce humaine, du principe de vie, de la nature, grâce à un monopole complet et total de toutes les voies d’émancipation.

Ainsi, pour se faire valoir, les dirigeants Africains continuent de tourner le dos à leur propre histoire tout en encensant celle de l’Occident. La Révolution Haïtienne disait non à la marchandisation de l’humanité. Plus de deux siècles plus tard, avec l’aide de dirigeants Africains, la marchandisation de l’humanité a tellement progressé qu’en lieu et place de parler de l’humanité, il est préférable de parler d’humanitarisme, un acte charitable qui cache difficilement la contradiction. D’une part venir en aide aux humains, d’autre part en finir avec l’humanité considérée comme dispensable puisqu’inutile dans un monde où ce ne sont plus les humains qui valorisent l’humanité, mais les valeurs boursières qui décident des interventions dites humanitaires.

Cet acte charitable doté de son sigle anglais R2P, fait d’une pierre 2 coups. Right to Protect est le droit d’intervention militaire que se sont autorisés les plus grandes puissances militaires de la Planète pour protéger leurs intérêts sous la couverture de protéger les violations des Droits de l’Homme. Dans la réalité, ces interventions dites humanitaires permettent la vente des armes, le maintien des industries de production des armes (aujourd’hui connues génériquement comme « sécurité », un concept émotionnellement manipulable de l’instinct individuel de conservation, mais qui fonctionne à merveille pour liquider collectivement l’humanité). Ces interventions militaires permettent, en même temps, la liquidation des membres de l’humanité considérés comme superflus. En plus, ces guerres sont essentielles pour entretenir, dans les esprits, l’idée que la vie n’est possible qu’en se soumettant au droit, à la justice des plus forts. Par contre, Haïti et les révoltés contre l’esclavage (plus tard la colonisation, la mondialisation) ont montré que le maintien de l’humanité est contraire à l’imposition de pratiques du droit, de la justice du plus fort. Cependant dans le cadre politique et idéologique imposé depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les plus puissantes forces de la Planète se comportent comme si elles n’ont de compte à rendre à personne. Dans un tel contexte, il est toujours possible de se débarrasser de gens comme Jean Bertrand Aristide, président élu d’un pays souverain, dans un monde où la seule souveraineté reconnue est celle des marchés.

Comme ce fut le cas pour Toussaint l’Ouverture, Aristide fut envoyé en exil, en Afrique du Sud. Entre autres raisons : Aristide ravivait la trame d’une histoire enracinée dans les consciences révoltées depuis Kimpa Vita (brûlée vive le 2 juillet 1706 dans le royaume Kongo pour avoir dénoncé le roi et ses alliés, des missionnaires Capucins italiens, comme collaborationnistes des esclavagistes), Makandal, Boukman, Toussaint l’Ouverture, Dessalines, etc.. Au nom de ces consciences, entre autres, Aristide exigeait le remboursement de cette compensation (exigée par l’Etat Français en 1825) en précisant qu’il ne s’agissait nullement de réparations. Aristide n’était pas seul, il exprimait une volonté bi centenaire, une recherche de justice et de vérité s’organisant autour de, et par, Fanmi Lavalass, les héritiers lointains des consciences révoltées de Saint Domingue.

L’histoire de Haïti est à l’image de l’Afrique aujourd’hui : cherchant à se remettre debout, à se reconstituer, à se reconstruire, elle trébuche, hésite et parfois recule face aux menaces des chiens de garde qui cherchent à liquider l’humanité et la remplacé par un ersatz répondant au nom d’humanitaire. Dans la foulée de cette liquidation de l’humanité, ces fossoyeurs cherchent aussi à liquider l’histoire de l’humanité. On ne le répétera jamais assez : l’éradication de l’esclavage à Haïti n’intéresse pas seulement les Haïtiens et/ou les Africains. Comprendre ce qui s’est passé à Haïti en 1804 suivi de 200 ans d’impulsion vengeresse clamée par tous les moyens, y compris Hiroshima et Nagasaki qui restent un signal très fort de volonté liquidatrice de l’humanité.

Certains diront qu’il n’y a aucun rapport entre la violence de l’esclavage atlantique et celle qui fut manifestée à Hiroshima et Nagasaki. Dans l’un comme dans l’autre, l’objectif était l’humanité. Les responsables de la décision de larguer les bombes atomiques pourraient alléguer qu’ils ne s’en rendaient sans doute pas compte, mais la violence comme moyen de contrôler, de soumettre l’humanité à un système fondé sur le viol systématique de l’humanité est ce qui conduit de l’esclavage, de sa prétendue abolition à un esclavage encore plus violent, modernisé et expliqué par des arguties exculpatrices des bénéficiaires. L’arsenal des puissants inclus des avocats de tous bords, allant des philosophes aux juristes, des financiers aux aumôniers, des banquiers aux industrialistes, des linguistes aux anthropologues, des courtisans aux propagandistes, des militaires aux militaristes, des journalistes aux historiens.

Si Haïti, son histoire, son peuple et sa volonté de mener à bien la révolution de 1791-1804, ne faisaient pas peur à la plus grande puissance militaire de la planète, comment expliquer que, suite au tremblement de terre de janvier 2011 qui a dévasté Port-Au-Prince et tué des centaines de milliers de personnes, cette même puissance militaire aie recouru aux automatismes devenus typiques depuis Hiroshima et Nagasaki. À force de se considérer comme la seule capable de faire la distinction entre les ennemis et les bienfaiteurs de l’humanité, la plus grande puissance militaire de la planète ne peut se fier qu’aux expéditions humanitaires, militairement musclées pour s’assurer de la continuité de son contrôle par la violence sur l’humanité. Forcément, une humanité vivante, vibrante de toutes ses forces ne pourra dès lors être perçue que comme menaçante face à un pouvoir assis sur la volonté de monopoliser et dicter à toute l’humanité comment vivre la vie, la liberté, la paix.

Aristide n’est pas un chien

Combien de fois faudra-t-il rappeler aux chiens de garde d’un système qui ne cesse de torturer et de liquider l’humanité, que les pauvres de Haïti (et d’ailleurs) ne sont pas des chiens. Aristide n’est pas un chien. Ces chiens de garde auraient sans doute aimé qu’Aristide disparaisse comme il arrive aux chiens écrasés, sans que les journaux en parlent, sans sépulture, comme il est arrivé à des héros comme Patrice Emery Lumumba, Osende Afana, Ruben Um Nyobe, et tant d’autres dont les restent jonchent le fond de l’Océan Atlantique.

Maintenant qu’Aristide est de retour à Haïti, la propagande qui avait été utilisée pour le liquider est en train de se remettre en route. Les accusations sont les mêmes : corruption, trafic de drogues, etc. Des accusations qui ne sont pas différentes de celles qui sont lancées contre, par exemple, le chef d’Hezbollah, Sayyid Nasrallah. (http://www.youtube.com/watch?v=GDLXPpooA18).

Du côté des accusateurs, la motivation continue d’être la même : maintenir en place le système qui avait fait de Saint Domingue la perle économique des colonies françaises, en recourant à l’esclavage. Et il y a des voix qui s’élèvent, de Haïti, pour sermonner les héritiers de celles et de ceux qui avaient mis fin à l’esclavage, avec l’argument suivant : « Regardez Haïti aujourd’hui, le pays le plus pauvre de l’hémisphère Occidental. » Cette pauvreté fait partie de la guerre organisée par les puissants, les riches, pour forcer tout membre de l’humanité qui rejette la modernisation de l’esclavage, à mendier pour survivre.

Un Haïtien de renom qui s’était joint à la propagande de diaboliser Aristide avait une fois déclaré que ce dernier n’était pas Mandela. Il lui fut répondu, à l’époque, certainement : il n’y a qu’un Mandela tout comme il n’y a qu’un Aristide, comme il n’y a eu qu’un Malcolm X, un Martin Luther King, une Kimpa Vita, une Harriet Tubman, etc.. La liste des gens qui ont singulièrement contribué à l’émancipation de l’humanité est infiniment longue, trop souvent inconnue, méconnue par ceux-là qui devraient être fidèles à ces figures.

Avec la Seconde Guerre Mondiale, un système personnifié par le mal s’est effondré sans rien perdre de ses structures financières, mémorielles et mentales . Tout comme avec l’abolition de l’esclavage, les bénéficiaires du nazisme ne furent pas touchés. Comme Alain Resnais le montre très bien dans son film (La Nuit et le Brouillard), les grands groupes industriels comme Krupp ont continué de prospérer. La leçon de la Deuxième Guerre Mondiale a été tellement bien apprise que les responsables de la poursuite de la liquidation de l’humanité et de son histoire se sont proclamés comme les seuls défenseurs de l’humanité en inventant l’humanitaire et le R2P (Right to Protect). Dans cette logique, l’impunité des Etats-Unis a été érigée en un principe non négociable par le gouvernement des États-Unis. (Voir le site : http://www.iccnow.org/?mod=bia&lang=fr, accédé le 10/04/2012.)

Le film de Resnais a été tourné en 1955, en pleine guerre d’Algérie, avec l’espoir explicite du réalisateur qu’un film sur les camps amènerait les français à faire le lien entre ce qui s’était passé dans l’Allemagne Nazie et ce qui se passait en Algérie, et, donc, réagir. Nous sommes en 2012. Combien de personnes savent que le titre du film de Resnais, sans le savoir, reproduit le titre d’un décret du 7 décembre de 1941 (Nacht un Nebel Erlass) Décret « Nuit et Brouillard ». En lisant la teneur de ce décret, il est difficile de ne pas penser au contexte qui a conduit les Etats-Unis non seulement à se mettre hors d’atteinte de la Cour Pénale Internationale, mais aussi à mettre en place un système de contrôle policier à la hauteur de ses ambitions de puissance globale. (http://www.vho.org/aaargh/fran/nuremberg/tmiI/tmiI7.html, accédé e 10/04/2012.

À la lumière du message qu’Alain Resnais cherchait à faire passer, il est permis de se demander, comme le faisaient Aimé Césaire dans son Discours sur le Colonialisme et Frantz Fanon dans Les Damnés de la terre, s’il n’y jamais eu une réelle prise de conscience de la dimension des crimes contre l’humanité, pendant, avant et après la 2ème Guerre Mondiale. À la lumière des comportements actuels de la plus grande puissance mondiale et de ses alliés, des questions continueront d’être posées, mais l’urgence de réponses à la hauteur des crimes contre l’humanité interpellent tous les membres de l’humanité, avec de plus en plus d’urgence.

L’humanité ne vaut que inclusive, non discriminatoire. L’humanité n’a pas à être réinventée sous forme de missions humanitaires ponctuelles visant des personnes qui sont ensuite emmenées à un tribunal pénal international qui semble surtout fonctionner comme un tribunal du droit du plus fort pour se débarrasser de ceux qui défient une telle situation. Pour qu’une justice fidèle à l’humanité puisse vraiment fonctionner il faudrait en finir avec les pratiques qui font du droit du plus fort un instrument d’une justice militarisée au service de la plus forte puissance militaire jamais inventée. Il faut en finir avec une justice du droit du plus fort qui se manifeste par le biais de medias complètement sous le contrôle des plus forts dans la hiérarchie de la mondialisation.

Aristide n’est que l’écho des Africains, des Haïtiens, des damnés de la terre qui veulent se guérir de la blessure dont souffre l’humanité, une blessure qui a mutilé les consciences, les volontés de fidélité à la justice et à la vérité. Il est aussi l’écho d’autres peuples dans d’autres régions du monde cherchant à se faire entendre au-delà de l’enfer des guerres punitives menées contre une humanité qui ne cherche qu’à vivre et non survivre en se soumettant aux missions de charité des puissants. Au plus la voix d’Aristide dérange leur conscience, au plus les puissants devraient lui prêter attention et ne pas l’accuser de crimes inventés.

À suivre. 19 avril 2012

COMMENT SOMMES-NOUS ARRIVÉS ICI ? Avant de poser la question suivante : Comment sortir d’ici ?

Il faudra du temps, mais avec patience et persistance rien ne résiste à la conscience, archive immuable de l’humanité pour son unité.

Une question que presque tout le monde se pose de vive voix, en silence, en groupe, individuellement. Si on veut sortir avec des chances de s’en sortir vraiment et non pour mieux rester sur place, il faudrait disséquer tous les mots de la phrase.

Comment,
Nous,
Sommes arrivés,
Ici ?

On pourrait commencer par comment, mais peut-être, pour éviter les risques de confusion, faudrait-il commencer par essayer de savoir si « nous » c’est ce que tout le monde entend par « nous » ou s’agit-il là d’un abus de langage qui ne trompe pas les émetteurs, mais trop souvent trompe les receveurs/capteurs.

Qui sommes-nous ? Pouvons-nous encore parler pour nous-mêmes, soi-même en tant que soi-même à partir de là où nous parlons, de là où nous vivons, de là où nous travaillons, de là où nous défendons un nous qui n’est pas celui des politiciens, des premiers ministres, des opérateurs financiers, des professionnels de la religion. En long comme en large, il y a le nous qui est nous qui est aussi le soi. Mais il y a aussi le nous imposeur d’un nous imposteur, avec lequel le soi ne se sent pas à l’aise. Ce nous-là s’est imposé par la force, par la violence, par la séduction. Ce nous-là nous a floué tant de fois qu’il est difficile de savoir exactement quand cela a commencé.

Il arrive, en cas de danger, que ce nous imposteur apparaisse comme sauveur, mais cela sera l’instant du danger. Une fois celui-ci passé, le nous imposteur, caméléon, retournera à ses habitudes.

« Nous » fait-il partie de la fameuse communauté internationale qui paraît être le pilote automatique des politiciens cherchant à être inclusifs même quand ils savent très bien qu’ils s’adressent à un petit groupe qui se reconnaît dans cette CI, une espèce d’anti chambre d’une autre communauté aux initiales apparentées, la CPI. Arme juridique de pays qui se font passés pour pacifiques alors que leurs pratiques en a fait les pays les plus belliqueux, les plus armés, les plus va-t-en guerre d’une planète de plus en plus plongée dans la détresse.

Il est possible de tracer la descendance de ce nous-là. Un « nous » qui a ses racines dans un crime qui passait pour une nécessité, une question de vie ou de mort pour une fraction du « nous » écrasant tout sur son passage, y compris les gens qui les avaient chaleureusement accueillis sur leurs terres. Conquérants d’un vaste territoire, cette fraction du « nous » avait besoin de gens pour cultiver ces terres, pour les « mettre en valeur » (une expression qui deviendra courante dans l’Afrique post Traite négrière).

Cette fraction du nous s’est toujours donnée des règles de conduite, des lois, des codes. L’objectif principal de cette fraction était de rappeler aux esclaves qu’ils ne faisaient pas partie de l’humanité. Le Code Noir lancé par Louis XIV (1685) les considéraient comme des biens meubles, moins donc que le bétail, mais, comme le bétail, frappé au fer rouge pour rappelé aux acheteurs que ce bien meuble avait été la propriété de la monarchie régnante française dont l’emblème était la fleur de lys.

Bien qu’on y trouve un article interdisant la torture, ce Code (formellement en vigueur jusqu’en 1848), contrairement à ce que pensent encore certaines personnes, n’avait pas été mis en place pour défendre les droits des esclaves. Il fallait éliminer dans la tête des esclavagistes toute possibilité de penser en solidarité en voyant ces personnes enchaînées, car les regards de ces personnes disaient : « comment pouvez-vous faire ce genre de choses à nous qui sommes comme vous, des êtres humains ? » À travers le Code, les esclavagistes tenaient à s’assurer qu’il n’y aurait pas d’hésitation ou de vacillation dans les rangs des civilisateurs.

Cette fraction discriminatrice du nous s’est construite une histoire qui a très peu de choses à voir avec le nous que cette histoire a broyé sans états d’âmes puisqu’il ne s’agissait pas d’êtres humains.

Comment ce broyage, cette réduction en poussière s’est-elle faite ? Ce nous qui a été broyé devait disparaître, ainsi que son histoire, pour qu’il ne reste que l’histoire de la fraction du nous. C’est comme si, il y a quelques siècles, une partie du « nous imposteur» avait décidé de construire une machine invisible, mais efficace dans la fission de l’humanité. C’est comme si cette partie de « nous » s’était mise à l’œuvre pour faire éclater l’humanité afin de savoir sa constitution.

Est-ce possible de penser que les esclavagistes furent les proto inventeurs du cyclotron de Genève. L’esclavage a fonctionné comme le cyclotron. Les particules lancées dans ce cyclotron imaginaire étaient tous les habitants d’un Continent. Le Cyclotron avant le cyclotron n’avait pas de limite. Tout le continent Africain y est passé non pas pour découvrir d’autres humains, mais pour extraire de la fission de ces atomes de l’humanité tout ce qu’il était possible d’extraire et, en même temps faire disparaître non seulement les traces du crime, mais aussi l’existence de ces humains traités comme des sous humains.

Nous faisons partie de la matière. On peut tracer les origines du nous à partir du Bib Bang. Le nous comme l’univers que certains disent est plus qu’un, parallèles, multiples. Il ya convergence pour admettre que depuis le Big Bang il y a eu expansion. Le « Nous » est toujours en expansion, toujours en train de naître, toujours en train de se libérer de l’état antérieur.

Il y a un « Nous », il y a une humanité, mais il y a eu, en cours de route depuis le Big Bang des uns du « Nous » qui ont voulu se séparer des autres. Comment cela s’est-il passé ? Ce genre de question n’a vraiment jamais intéressé les spécialistes de la fission de la matière. Durant son expansion, le « Nous » réduit à la matière a gagné une autre dimension. Ou plutôt le « Nous » a commencé à acquérir une conscience. Les spécialistes intéressés ont découvert qu’il y avait plus que la conscience. Une espèce de boîte noire où sont enregistrés tous les faits, tous les silences, toutes les pensées, les accidents, bref tout ce par quoi l’individu qui fait parti du « Nous » est passé. Un espace entre le id, le ego, le super ego, entre le cortex et le néo cortex. Un endroit où, semble-t-il, personne n’aime visiter car on y trouverait des nous reconnus comme criminels, côtoyant des nous respectables. Ces derniers sont supposés ne rien avoir de criminel.

Comment ?

Les temps où nous sommes arrivés, c’est un temps, mais c’est aussi un espace, une croisée des chemins où tous les différents « nous » se retrouvent face à face, certains visibles, d’autres invisibles, des petits, des géants, des minables, des paumés. S’y retrouvent dans cette croisée des chemins des nous à particule, d’autres sans particule, des misérables, des scélérats, des exécrables, des vauriens, des va-nu-pieds, des millionnaires, des super millionnaires. S’y retrouvent des « nous » qui n’auraient jamais pensé se retrouver en telle compagnie.

Et chacun de nous de se demander sans arrêt : comment ?

En chemin vers la croisée des chemins chacun des « nous » était devenu une particule de l’humanité détachée de l’humanité, et ne se posait pas (ou presque pas) de questions. Voyant de loin l’attroupement, chacun des « nous » a commencé à se poser des questions. Une ne cessait de revenir : comment ?

Avec les questions, apparaissaient aussi des nouvelles forces, une nouvelle énergie comme si la rencontre d’autres « nous » longtemps inconnus, renvoyait une image d’un « nous » plus grand, plus fort, plus accueillant, plus solidaire. Ce courant, une onde, une pulsion solidaire filait invisible entre des millionnaires en argent et des millionnaires en souffrance. Un autre monde est en train d’être découvert sans conquérants, sans conquis.

Un autre monde est possible
sans prédation
Toujours plus distant
de la compétition
Un monde plus solidaire cherchant,
Errant, visant
Justice et vérité
aussi loin que possible
de la compétitivité
des marchés
chien de garde planétaire
tel un dieu glorifié
sans foi ni loi sinon celle du profit
du mensonge, de l’impunité
accumulateur de puissance
effaceur de cette particule
incommensurable quelque soit le cyclotron
invisible, indestructible, joyau et archive de l’humanité :
conscience la protectrice de tous les nous,
barrière incorruptible

Au fond cela a commencé simplement : qui mentait le plus gagnait le plus. Gagnait quoi ? Peu importe la réponse car la clé était toujours la même : mentir, se mentir, faire mentir. Dire, faire, déclarer, penser « nous » comme s’il s’agissait de tous, d’une seule humanité, mais agir seulement pour soi. Et appeler cela la liberté, l’égalité, la fraternité. Mentir, petit à petit, est devenu un comportement des plus forts, écrasant les faibles. Dans des coins de la planète, des traités furent signés entre les conquérants et les conquis, mais quand les conquérants ont eu besoin de plus d’espace, ils se sont comportés comme si ces traités n’existaient pas. Une leçon que les violeurs n’ont jamais oublié, vu les dividendes qui n’arrêtent pas d’accumuler le confort des plus forts.

Ils avaient alors déclaré : nous voulons vivre en paix avec vous. Le nous des conquérants écrase, broyé le nous des conquis, propage parmi les conquis la tentation de devenir prédateur. La compétition pour être le plus fort a lancé une guerre sans fin entre tous les membres de l’humanité. Les plus pacifiques ne savaient pas, ne pouvaient pas savoir d’où venait la guerre, car les pulsions prédatrices, essentielles pour survivre semblaient pour beaucoup de nous quelque chose d’un autre temps dépassé à jamais. La prédation ne semble appartenir à aucun temps. Sans corps, sans temps, toujours présent. Et donc non attribuable automatiquement à des nous « mauvais », car, on peut le voir, des nous qui se disent au-dessus de tout le monde, des donneurs de leçon en tout : la paix, la vérité, la démocratie sont les plus grands violeurs de ces trois principes de survie de l’humanité.

Aujourd’hui les mêmes conquérants d’alors n’ont pas changé de mentalité : le mensonge a toujours payé. Il n’est pas impossible que c’est de cette mentalité que nous vinrent des expressions telles que :

« mentez, mentez il en restera toujours quelque chose »,
« un mensonge répété des milliers de fois finira par être pris pour une vérité »

Ainsi la puissance la plus guerrière, la plus va-t’en-guerre, peut se déclarer la plus pacifique bien que ses troupes soient basées dans des centaines de camps militaires en dehors de ses frontières.

Est-ce étonnant que cette mentalité soit à la base du maintien des « guerres de pacification » dans des pays comme la RDC, le Soudan, la Somalie. Dans les Amériques l’entretien de ces guerres était appelé « guerres de basse intensité ». Leur point commun étant la liquidation de l’humanité

Évidemment, les menteurs ne se considèrent jamais comme menteurs. Pour eux, mentir, se mentir, faire mentir est devenu une habitude tellement bien ancrée qu’elle est devenue une vertu.

Ils font un inventaire annuel des violeurs des droits de l’homme et ainsi se font passer pour les plus grands protecteurs des droits humanitaires,
Donc des plus solidaires
Du reste de l’humanité
Mais en réalité des prédateurs invétérés

Ils se sont tellement mentis qu’ils n’aiment pas entendre parler de l’histoire. Dans un des États, une loi a été passé pour bannir des livres d’histoire parlant des nous qui furent des conquis par le passé. Motif du bannissement : ces livres propagent la haine. En d’autres termes, un nous qui a grandi en liquidant une partie de l’humanité se présente comme sa seule protectrice et, en même temps fait tout pour liquider l’histoire des nous qui veulent conter une histoire de tous les nous ancrée dans Mâât, justice et vérité.

(À suivre)
23 février 2012

TO WHOM IT MAY CONCERN: ABOUT WHAT HAPPENED IN SOUTH AFRICA TO CONGOLESE WHO ARE PROTESTING A FRAUDULENT ELECTION

ABOUT BARBAROUS ACTS WHICH OUTRAGE THE CONSCIENCE OF CONGOLESE
COULD SOUTH AFRICA BECOME THE ISRAEL OF AFRICA?

There are times when something outrageous happens, such as the illegal arrest of 150-200 Congolese in Yeoville (Johannesburg january 21-22), that persons of conscience are not sure that they got the information correctly. In the land that invented apartheid, could it be that something more pernicious than apartheid is being born? This is being written with many questions in mind, but also fully conscious that, given the whole history of Africa, over the past 500 years, knowing what happened during that history requires something that challenges one’s conscience to rise to the level of the outrages that have been inflicted collectively, systematically, with greater and greater impunity to humanity on the continent of its birth. Enough is enough says this conscience.

In fidelity to humanity
Keeping it free from insanity
Rooted in solidarity
Never forgetting the fragility
Of conscience, Memory,
Herstory, history, humanity
Shall rise eternity
As its horizon
And for that reason, always remember the preamble and article 1 of te Universal Declaration of Human Rights passed by the UN General Assembly in 1948 :

From the preamble :
Whereas disregard and contempt for human rights have resulted in barbarous acts which have outraged the conscience of mankind, and the advent of a world in which human beings shall enjoy freedom of speech and belief and freedom from fear and want has been proclaimed as the highest aspiration of the common people,

From Article 1:
All human beings are born free and equal in dignity and rights.They are endowed with reason and conscience and should act towards one another in a spirit of brotherhood.

1. This is being addressed to all those who are concerned about the present state of humanity anywhere, but especially on the African Continent. It is also addressed with greater urgency to those who can do something toward healing the bodies and spirits of those who have been violated (and continue to be violated) in their bodies, their spirits. This continuing suffering directly and indirectly linked to the legacies that have dehumanized the African Continent must cease.

2. This is being addressed to those whose functions at any level, financial, economic, educational, juridical, cultural religious, political, medical, social, directly and/or indirectly impact the lives of those who continue to be dehumanized simply because they refuse to submit to dehumanization as practiced under the various misleading banners of “humanitarian interventionism” in their charitable and/or militarized forms.

3. This is being addressed especially to those who have wielded, for centuries, political power with impunity because the returns were too high to let go. This kind of political power has reproduced itself in various guises. This kind of power has been so overwhelming that morality, ethics disappeared and became just words. During these centuries, Africa saw slavery come and go. It was abolished, in a manner. It was followed by the partition of Africa into colonies. The physical and mental borders created by colonialism came to an end, in a manner, with independence. Now globalization has followed the continuation of colonization and apartheid on a planetary scale.

4. Did Africa as a whole ever built a collective memorial to those bodies and spirits that, against the odds, maintained the conscience of humanity? How come that when consciences, anywhere in Africa and beyond, follow what is called for in the Universal Declaration of Human Rights, by revolting against injustice, political and financial highway robbery, in short, how come such revolt of consciences get punished as if following the conscience of humanity has become a crime, especially when it happens in Africa?

5. Is this a sign that there is now humanity of the rich and humanity of the poor? The latter being put in place through humanitarian wars, through courts which are meant to bring peace in those places that are now being colonized by the new form of expanding the murderous legacies of slavery, colonial rule, apartheid?

6. Could all of this be happening precisely because those transitions from slavery, colonialism, apartheid were never dealt with properly, i.e. in the spirit of Mâât, in the spirit of always aiming for justice and truth. Could it be that on the continent where Mâât was invented, there are now forces being harnessed to liquidate all those who are trying to follow what their conscience tell them to do?

7. Could it be that the forces that managed to get away with impunity through those transitions that were not attended in the spirit of Mâât, have decided that they shall always achieve impunity regardless of the crimes they continue to commit in the name of things that mean one thing for the rich and another thing for the poor?

8. Is it not possible for South Africans in any position of political, cultural, legal, religious, social, educational, moral and/or ethical authority to remember that, years ago, under apartheid, there were Congolese and people all over the world who risked their lives, whose conscience revolted against the injustices and untruth, so that humanity could be healed. Is it not possible for these South Africans to rise in solidarity, not just for the Congolese, but also for all Africans who are now being bludgeoned to physical and psychic death so that globalization may triumph and, just like it happened under slavery, colonialism and apartheid, get away with impunity, once again?

9. Raising questions must lead one to stop, think and invent new possibilities, see other ways of achieving the maintenance of one humanity, through peace, justice, truth. Is it not time to stop the insanity that began with Atlantic and Oriental slavery; an insanity that has led, non-stop, to the creation of weapons that are obliterating, little by little, humanity in an instant; an insanity which through repeated impunity for crimes against humanity has continued unabated. Is it not time to encourage those who are outraged by injustice, barbarous acts against their own country to rise up to their conscience as they learned from the lessons of Patrice Emery Lumumba and the African heroines and heroes who gave their lives so that humanity can be healed forever, on the continent of its birth. Only thus shall civilization leads one away from the growing barbarism being witnessed today.

RDCongo : Que faire face à la corruption de la Justice et de la Vérité ?

17 janvier 1961-17 janvier 2012
51 ans dans l’esprit de Patrice Emery Lumumba
à l’école de la conscience
de l’histoire
de la guérison
de l’humanité
de la justice
de la vérité
51 ans
apprenant
à renouer avec MÂÂT
il y a 5000 ans

Pour qui veut écouter les voix de la conscience en RDC, venant de la RDC et d’autres pays, il est clair que ces voix de la conscience émanent d’une majorité de la population, révoltée par un processus électoral frauduleux et criminel Il serait erroné de voir dans cette révolte des consciences seulement le rôle de la hiérarchie de l’Église Catholique. Révolte n’est pas un mot trop fort pour décrire ce qui se passe en RDC. Les racines de cette révolte sont multiples, profondes, séculaires. Minimiser l’importance de cette révolte des consciences comme cherchent à le faire certains organes de presse démontre le degré d’inconscience des forces qui, de génération en génération se sont enrichies sur le dos des Congolaises et des Congolais.

On peut observer, même à distance, que les consciences révoltées s’organisent pour que, cette fois, le changement en RDC ne tombe pas dans les travers qui ont toujours marqué les transitions historiques en Afrique. Le bras de fer qui est maintenant engagé peut amener à une rupture d’avec les habitudes séculaires qui ont conduit l’humanité aujourd’hui au point où son obsolescence n’est plus le fait de spéculation philosophique, mais un fait qui interpelle toute personne de conscience, angoissée par la situation de l’humanité, obsédée par la recherche de gains matériels, par l’imposition de la loi du plus fort en tout et partout.

Que ce soit en RDC, en Europe, en Asie, dans les pays riches ou les pays pauvres, les consciences révoltées expriment le même message : que cesse la dictature de la corruption, que cesse la dictature de l’injustice, que cesse la dictature du mensonge, que cesse la dictature de la finance. Que cesse la recherche de liquidation des plus pauvres par les plus riches. Que cesse le recours à la charité, à l’humanitarisme pour liquider les consciences révoltées fidèles au maintien de la justice, au maintien de la vérité, au maintien de l’humanité.

Ces consciences révoltées disent qu’elles en ont assez des manipulations des mots qui disent une chose tout en pratiquant systématiquement son contraire. Que règnent justice et vérité, sans partage, sans négociation. Pour ces consciences révoltées, un objectif semble dominer : Une fidélité sans faille à la justice et à la vérité défendue patiemment, mettra fin à toutes les pratiques de corruption. Pourquoi penser que ces consciences révoltées congolaises peuvent être porteuses de quelque chose d’inédit ?

Les plans « A » et « B » autour de la RDCongo : un regard

Le plan A de la corruption des élections n’ayant pas fonctionné comme ils l’espéraient, les architectes de la dictature cherchent frénétiquement à mettre en place le plan B.Watch Full Movie Online Streaming Online and Download

Ce plan B doit, pour le dictateur, ses employeurs et ses employés obligatoirement reproduire ce que le plan A envisageait.

S’enrichir sur le dos des Congolaises et des Congolais ne date pas d’hier ou même d’avant-hier. Pour mieux résister aux futurs plans B, il est bon de se rappeler que l’histoire du Congo est à la fois spécifique et générique. Avant que les trafiquants négriers ne décident de faire de l’Afrique leur terrain de chasse privilégié à la recherche des esclaves, leur sollicitude prédatrice avait réduit la population indigène du Nouveau Monde à une fraction de ce qu’elle était avant leur arrivée en 1492. (voir Ch. Mann, 1491, David Stannard, The American Holocaust)

Les pratiques de corrompre la justice et la vérité ne datent pas d’il y a 51 ans quand les héritiers des enrichis se sont organisés pour liquider Patrice Emery Lumumba parce que celui-ci s’était engagé d’être fidèle à la justice et à la vérité en vue de défendre les intérêts des Congolaises et des Congolais. Il y a toujours eu une seule humanité. En liquidant Lumumba, les enrichis sur le dos des Congolaises et des Congolais liquidaient aussi un membre de l’humanité.

Pour la période qui nous intéresse, le dernier demi siècle, la dictature de l’injustice et du mensonge prenait ses racines dans l’esclavage. Cette dictature de l’injustice et du mensonge est plus puissante que les individus sortant de la fission liquidatrice de l’humanité qui a commencé avec l’industrialisation du trafic négrier à partir de l’Afrique. Les dictateurs partent, mais le système qui leur a donné naissance reste.

Sous l’esclavage, sous la colonisation, sous la néo colonisation, la dictature de l’injustice et du mensonge s’est trouvée face à face aux fidèles à la justice et à la vérité, connues et inconnus : Kimpa Vita, Kimbangu, Lumumba, Mulele, et des milliers d’autres. Ne devrait-on pas réfléchir sur les leçons de notre histoire : Kimpa Vita brûlée vive pour avoir dénoncer l’esclavage, un corps sans sépulture ; Patrice Emery Lumumba, son corps liquéfié dans un bain d’acide sulfurique, un corps sans sépulture. Du 2 juillet 1706 au 17 janvier 1961, liquidation de 2 personnes dénonçant la déshumanisation d’un système qui s’appelait esclavage et puis colonisation. Deux consciences révoltées par la situation qu’elles ont rencontrée sur leur parcours. Deux consciences affirmant leur humanité, mais liquidées pour ne pas s’être pliées aux exigences d’un système soutenu par toutes les instances politiques, économiques, religieuses venant de l’extérieur.

Dans toutes les transitions de notre histoire, sans exception, nous retrouvons une caractéristique principale, à savoir que ceux qui se sont enrichis sur le dos des Congolaises et des Congolais se sont toujours organisés pour que les transitions ne changent pas les rapports entre les enrichis et les appauvris. L’objectif était toujours de maintenir le mode de fonctionnement du plan A.

En cas de doute, renvoyons au livre de Louis Sala-Molins (Le Code Noir ou le calvaire de Canaan, p. 277) qui rappelle comment au moment de l’abolition de l’esclavage, les planteurs et les abolitionnistes étaient d’accord, comme le résumait si bien Tocqueville : « Si les nègres ont droit à devenir libres, il est incontestable que les colons ont droit à n’être pas ruinés par la liberté des nègres. » au cas où on pourrait penser qu’il s’agirait d’un lapsus, Sala-Molins cite encore le même Tocqueville : « La France, Messieurs, ne veut pas détruire l’esclavage pour avoir la douleur de voir les Blancs ruinés quitter le sol des colonies et les Noirs retomber dans la barbarie. » Et encore : « Peu s’en faut que nous ne les prenions [les nègres] pour un être intermédiaire entre la brute et l’homme. »

Pour les enrichis, tout changement est acceptable dès lors qu’il ne change pas leur statut, leurs privilèges, le rapport de force entre eux et celles/ceux que leur système appauvri/torture/détruit. Ces derniers ne doivent jamais concrétiser leur rêve d’une société plus juste, basée sur la vérité, sur la solidarité. Face à la fidélité à la justice à la vérité, à la solidarité, à l’humanité, les enrichis répondent par la charité, l’humanitarisme, soit le maintien de rapports de soumission des appauvris aux enrichis, selon les règles (écrites ou non) par eux. Les règles peuvent même changer, mais la règle immuable doit être celle qui reproduit la soumission des appauvris aux enrichis.

Pourquoi ce qui se passe en RDC est important pour le reste du monde ?

Dans la hiérarchisation de l’histoire, la coutume dominante est de reléguer l’histoire des pays comme la RDC à un rang de figurant. Les statistiques des Nations Unies sur les pays les plus corrompus n’expliquent pas les divers chemins par lesquels la corruption s’est étalée. Par où a commencé la corruption de l’humanité comme une et indivisible ? Par où a commencé la corruption de la justice et de la vérité d’une humanité une ?

Quand les plus riches comprendront qu’à l’origine de leur richesse se sont commis des crimes contre l’humanité ; quand les plus riches admettront qu’à l’origine de leur richesse il y a eu une corruption criminelle de la justice et de la vérité, de l’humanité ; quand commencera le dialogue juste et vrai entre riches et pauvres pour sortir de la hiérarchie dictée par les plus riches, ainsi pourra commencer le début de la guérison du crime contre l’humanité chaque fois reproduit quand les plus riches refusent de reconnaître comment leur justice, leur vérité, répandue au nom de la civilisation s’est transformée au cours des siècles en une barbarie qu’on appelle globalisation. Une barbarie qui reproduit, en changeant les mots, les discriminations venant de mentalités acquises durant l’esclavage, la colonisation, l’apartheid. Ces mentalités se sont enracinées car l’impunité des injustices, des mensonges des plus riches, mis à part de rares exceptions, était et reste la règle. Les consciences révoltées des Congolaises et des Congolais sont en train de dire que cette mentalité doit être déracinée.

À suivre 17 janvier 2012

Patrice Emery Lumumba, l’Afrique et la RCD En commémoration du 4 janvier 1959 et du 17 janvier 1961

Il avait dit, il avait écrit, il avait pensé que l’histoire de l’Afrique ne serait plus écrite à partir des capitales d’où partaient les ordres d’en finir avec l’Afrique.

Un peu plus de 50 ans après, les pulsions qui animaient Lumumba et tant d’autres sont restées vives et animent les Congolaises et les Congolais comme si, au cours de cette longue initiation le message émancipateur n’avait cessé de croître dans les consciences. Les pulsions émancipatrices font partie de l’humanité et ne peuvent être liquidées. Jamais.

Les pulsions émancipatrices sont aujourd’hui plus vivaces qu’elles ne l’étaient il y a 50 ans, car se sont accumulées les armes qui faisaient défaut : compréhension de ce que fut l’histoire colonisatrice, aujourd’hui opérant avec la même férocité à partir des mêmes édifices, des mêmes mentalités : réduire l’humanité à la soumission totale et complète aux ordres, aux désirs des plus puissants.

Cette énergie émancipatrice n’est pas seulement venue de Lumumba, il fut, comme Kimbangu, comme Kimpa Vita, comme Ganga Zumbi, comme Makandal, Boukman, Um Nyobe et tant d’autres des relais de pulsions venant des profondeurs de l’humanité pour que celle-ci retrouve les pratiques de fidélité à la justice et à la vérité (MAAT) venant de l’Égypte Ancienne (KMT). L’existence de ces pulsions animatrices des consciences existe tout comme existe la pesanteur. Comme la pesanteur, ces pulsions émancipatrices de l’humanité ne peuvent pas disparaître. En écoutant bien, on peut bien sûr entendre le Big Bang, mais aussi une autre mélopée traversant les courants d’énergie qui parcourent l’univers.

A chacune et à chacun son interprétation de cette mélopée en commémoration du 4 janvier 1959 et du 17 janvier 1961 :

Encore une fois assassinée, la RDCongo
Tout simplement pour motif de maintien de pulsions
Interdites, pulsions libératrices, non vengeresses
Fidèles à la justice, à la vérité
Réactivée, relancée
Il y a plus de 50 ans

Pulsions, vibrations, ondes
Relancées cycliquement
4 janvier 1959 et avec plus d’intensité
en mémoire du 17 janvier 1961
dates indélébiles
dans les mémoires
excédées par les déboires

Pulsions de consciences révoltées
Refusant toute soumission
à manipulations, fraudes
électorales

pulsions toujours plus fortes
depuis le 17 janvier 1961
toujours plus fidèles
Intensément à l’exemple de Lumumba
Des révoltées de la longue histoire
De la rencontre avec les sépulcres blanchis
Civilisateurs fraudeurs
Blanchisseurs de l’humanité
Piégés aujourd’hui dans leurs mailles
Ne sachant plus la différence
Entre civiliser, coloniser
éradiquer l’humanité

Pour mieux liquider
L’humanité, liquidons
En unisson ils chantent des requiem
Pour que disparaissent les peuples africains

En unisson, les civilisateurs
Colonisateurs, fossoyeurs de l’humanité
Veulent liquider, dissoudre le peuple Congolais
Comme après le 17 janvier 1961
Ils ont dissous le corps de Patrice Lumumba
Un corps aux idées et à l’esprit indissoluble
Aujourd’hui vibrant l’insoumission à la dictature
Par tous les sens des congolaises et des congolais
60, 65, 70 millions fois 5, fois une conscience
à la puissance infinie, une force
Qu’aucune armée au monde aujourd’hui, demain
Après-demain, ne peut vaincre

Le dictateur, ses employés et ses employeurs peuvent
Tuer physiquement comment ils ont tué le 4 janvier 1959
Le 17 janvier 1961

Jamais ils ne pourront tuer les pulsions
Emancipatrices continuant de sortir de l’esprit
De Lumumba, libérateur des énergies insubmersibles

Aidons
Le dictateur, ses employés et ses employeurs
A se voir comme ils ne veulent pas se voir :
Vous aimez recourir à la peur, à la terreur,
Mais les Congolaises, les Congolais, ont appris
A ne plus avoir peur de la peur de la terreur
Un jour, ou une nuit, dictateur
Rejeté par la vérité de l’heure
vous prendrez peur

Un jour, ou une nuit, la peur s’emparera du dictateur de ses employés
Et de ses employeurs pour ne plus jamais les lâcher
Car leur heure a sonné
Oui votre heure ne peut plus attendre

La machine à broyer les Africains comme
S’ils n’étaient pas des êtres humains démontre
Des signes d’essoufflement. L’élection programmée
28 novembre 2011 Proclamée victoire n’a pas convaincu
Certains des employés et employeurs traditionnels.

Avant la peur, le doute s’installe
Avant la peur, la colère retenue, la rage contenue
Bientôt il y aura la chasse aux sorcières pour détecter
La faille, pourquoi, comment, etc.

Un dictateur d’où s’échappe la certitude de tout
Est un dictateur fini. Un dictateur qui n’a plus la
Confiance de tous ses employeurs et de tous ses employés
Voit avec mécontentement l’arrivée des signes
Annonciateurs de sa fin.

Cette fin est en train d’advenir grâce à la fidélité
A la pensée, à l’esprit, au désir d’émancipation
Laissés par les lutteurs sans peur pour une Afrique
Libre des dictateurs, leurs employeurs et leurs employés

La nature et les lois de la physique, de la nature
Signalent la fin du dictateur, ses employeurs et ses employés
Sous condition de maintien du désir insatiable
De faire revivre les pulsions de la conscience révoltée
Des martyrs du 17 janvier 1961.

Le temps de la justice et de la vérité,
apprise depuis les temps immémoriaux
toujours présente au travers des héroïnes
connues et inconnues,
des héros partageurs de tout
hélas toujours niée, laminée, triturée, torturée
par les vendeurs du genre humain

toujours présente car justice et vérité
c’est le genre humain toujours vivant
refusant la soumission à toutes les logiques
compétitives productrices
reproductrices de guerres
sans fin nourrices
de la faim et de la fin de l’humanité

Depuis 50 ans, 51 ans, les Congolaises et les Congolais
Rechargés par les pulsions émancipatrices
des martyrs du 4 janvier 1959
des héros du 17 janvier 1961
sont devenus des monuments indestructibles
pour qu’advienne en RDC et sur tout
le continent Africain
la justice et la vérité

Consciemment, inconsciemment, subconsciemment, mais toujours désireux de liberté, le peuple Congolais continue de naître dans, et de connaître le présent et le futur pour lequel tant d’autres dans le passé s’étaient sacrifiés. Un jour ou une nuit, la conjugaison de ces énergies absorbera tous les obstacles rencontrés sur son chemin. La certitude du changement est observable dans le fait que les obstacles sont en train de devenir énergie libératrice. Il y a plus de 50 ans, Lumumba a été liquidé par des gens qui auraient dû le défendre. Pendant 50 ans, le peuple Congolais a appris les leçons laissées par Lumumba et les autres. L’apprentissage a été invisible comme tant de phénomènes naturels, mais les résultats sont visibles, même sil es ennemis continuent de penser comme s’ils étaient encore le 29 juin 1960.

Le peuple Congolais n’a pas besoin de chars d’assaut
Encore moins d’armes nucléaires ou de missiles
Le peuple Congolais en train de se libérer des séquelles
De la colonisation et de la néo-colonisation
est en train de devenir
Une énergie qu’aucune force au monde ne pourra arrêter
Ou dévier de sa volonté de vivre libre dans la justice et la liberté

3 janvier 2012

For Peace, Dignity and Healing