Category Archives: Freddy Mulongo

Tentative d’assassinat de Dr. Denis Mukwege à Bukavu, Joseph Kabila ne connait pas non plus le docteur des femmes violées?

Par Freddy Mulongo–Vendredi 26 octobre 2012. Un gouvernement responsable protège tous ses citoyens. Et il veuille à ce que l’élite du pays ne soit pas décapiter. Or que voyons-nous en République démocratique du Congo, on tue, on assassine, on zigpouille l’élite congolaise: activistes des droits de l’homme, journalistes, acteurs politiques de l’opposition. Et le gouvernement d’Augustin Matata Pognon, le Vuvuzélateur Lambert Mende et autres apparatchiks Joséphistes s’en pressent pour se disculper: Joseph Kabila ne connaissait pas Floribert Chebeya, il ne connait pas non le docteur des femmes violées Denis Mukwege revenant d’un séjour en Europe qui a été violemment agressé le jeudi 25 octobre dans la soirée à Bukavu ? Nous avons à faire au Congo à une bande mafieuse, des usurpateurs-imposteurs qui ont pris les institutions de la République en otage et ils nous soulent avec des discours mensongers, des balivernes à dormir debout. Après Floribert Chebeya, le soldat des droits de l’homme au Congo, originaire de Bukavu, assassiné par le régime dictatorial de Joseph Kabila en juin 2010, faut-il assassiner le Dr. Denis Mukwege à Bukavu ? Ses prises de position contre la guerre dans l‘est de la RDC et ses critiques répétées à l’encontre des groupes armés qui y font régner la terreur ont-elles failli coûter la vie au docteur Denis Mukwege, directeur de l’hôpital de Panzi ? Les agresseurs, qui ne portaient pas d’uniformes, se sont introduits dans la maison du docteur alors qu’il était absent, rapporte l’ONG.

Quand une heure et demie plus tard, celui-ci est arrivé chez lui, un des hommes armés a tenté de le forcer à sortir de son véhicule. Un agent de sécurité posté devant la demeure du docteur a alors tenté d’intervenir, mais le gardien a été abattu d’un coup de feu tiré à bout portant. Les assaillants ont ensuite visé Denis Mukwege, sans parvenir à l’atteindre. Le médecin ne devrait son salut qu’à la mobilisation des habitants du quartier qui se sont portés à son secours alors qu’il avait été brièvement ligoté par les assaillants.

Discours aux Nations Unies du 25 septembre 2012 par le Dr. Denis Mukwege

Excellences Messieurs les Ambassadeurs,

J’aurais voulu commencer mon discours par la formule habituelle : « j’ai l’honneur et le privilège de prendre la parole devant vous. »

Hélas ! les femmes victimes de VS de l’Est de la RDC sont dans le déshonneur. J’ai constamment sous mes yeux les regards des vieillardes, des filles , des mères et même des bébés déshonorés. Aujourd’hui encore, plusieurs sont soumises à l’esclavage sexuel ; d’autres sont utilisées comme arme de guerre. leurs organes sont exposés aux sévices le plus ignoble.

Et cela dure depuis 16 ans ! 16 ans d’errance ; 16 ans de torture ; 16ans de mutilation ; 16 ans de destruction de la femme, la seule ressource vitale congolaise ; 16 ans de déstructuration de toute une société. Certes, vos états respectifs ont fait beaucoup en terme de prise en charge des conséquences de ces barbaries. Nous en sommes très reconnaissant.

J’aurais voulu dire « j’ai l’honneur de faire partie de la communauté internationale que vous représenter ici » Mais je ne le puis.

Comment le dire à vous, représentant de la communauté internationale quand, la communauté internationale a fait preuve de peur et de manque de courage pendant ces 16 ans en RDC.

J’aurais voulu dire « j’ai l’honneur de représenter mon pays. », mais je ne peux pas non plus.

En effet, comment être fier d’appartenir à une nation sans défense ; livrée à elle-même ; pillée de toute part et impuissante devant 500.000 de ses filles violées pendant 16 ans ; 6000000 de morts de ses fils et filles pendant 16 ans sans qu’il y aucune perspective de solution durable.

Non, je n’ai ni l’honneur ; ni le privilège d’être là ce jour. Mon cœur est lourd.

Mon honneur, c’est d’accompagner ces femmes Victimes de Violence courageuses ; ces femmes qui résistent, ces femmes qui malgré tout restent débout.

Aujourd’hui grâce au rapport des experts des nations Unies , au Mapping report du haut commissaire aux droits humain des nations unies et beaucoup d’ autres rapports crédibles , plus personne ne peut se cacher derrière l’argument de la complexité de la crise. Nous savons donc désormais les motivations de cette crise et ces différents acteurs. Ce qui fait défaut c’est la volonté politique.

Mais jusques à quand ? Jusques à quand devons nous encore assister impuissants à d’autres massacres?

Excellences,Messieurs les Ambassadeurs ; c’est avec une grande humilité que je vous dis, vous savez !

On a pas besoin de plus de preuve, on a besoin d’une action, une action urgente pour arrêter les responsables de ces crimes contre l’humanité et les traduire devant la justice. La justice n’est pas négociable On a besoin de votre condamnation unanime des groupes rebelles qui sont responsables de ces actes, on a besoin des actions concrètes à l’encontre des états membres des nations unies qui soutiennent de près ou de loin ces barbaries.

Nous sommes devant une urgence humanitaire qui ne donne plus place à la tergiversation.

Tous les ingrédients sont réunis pour mettre fin à une guerre injuste qui a utilisé la violence et le viol de femmes comme une stratégie de guerre. Les femmes congolaises ont droit a une protection à l’instar de toutes les femmes de cette planète.

Vouloir mettre tous ces rapports crédibles dans le tiroir de l’oubliette sera porté une atteinte grave à la crédibilité de différentes résolutions des nations unies exigeant la protection des femmes en période des conflits et donc décrédibiliser toute notre chère institution qui pourtant est censée garantir la non répétition du génocide.

Les acquis de la civilisation reculent; ils reculent par les nouvelles barbaries comme en Syrie et en RDC; mais aussi par le silence assourdissant et le manque de courage de la communauté internationale.

Nous ne saurions pas taire la vérité car elle têtue, nous devrions plutôt l’affronter pour éviter de trahir nos idéaux.

J’ai l’honneur de dire que le courage des femmes VVS de l’Est de la RDC finira par vaincre le mal.

Aidez-le à retrouver la paix !

Je vous remercie.

Denis Mukwege, Médecin Directeur, Hôpital de Panzi, Bukavu-RDCongo

Vendredi 26 octobre 2012 à 13:07 :: radio :: #2984 :: rss
Transféré de Reveil-FM: http://reveil-fm.com/index.php/2012/10/26/2984-tentative-d-assassinat-de-dr-denis-mukwege-a-bukavu-joseph-kabila-ne-connait-pas-non-plus-le-docteur-de-femmes-violees

Esdras Kambale, ministre de la Culture et des Arts, [DRC] veut dire merci à l’esclavage en réhabilitant les statues de Léopold I

Réveil-FM, lundi 17 août 2009 à 15:27 :: radio :: #480 :: rss.
Edras Kambale Bahekwa, le ministère de la Culture et des Arts, est à la recherche de financements pour réhabiliter les statues héritées de la colonisation belge qui ornaient autrefois Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo (RDC), dont celles des rois Léopold II et Albert 1er ainsi que de l’explorateur Henry Morton Stanley.

“Nous cherchons à restaurer la mémoire collective du peuple congolais”, a affirmé M. Kambale, pour justifier cette démarche et confirmant en partie une information diffusée par l’agence congolaise de presse (ACP, officielle) le 13 aout 2009.

Selon Esdras kambale, son ministère est “en discussions” avec l’ambassade de Grande-Bretagne à Kinshasa pour obtenir un financement permettant de réinstaller la statue de l’explorateur britannique Henry Morton Stanley – qui a aidé, entre 1879 et 1884, le roi Léopold II à fonder l’Etat indépendant du Congo (EIC).

Cette statue repose actuellement, tout comme celles des deux souverains belges, aux musées nationaux de Kinshasa dans un état d’abandon. M. Kambale a ajouté que le gouvernement congolais serait preneur d’une aide belge afin de restaurer les statues de Léopold II et d’Albert 1er d’ici le 30 juin 2010, date du 50ème anniversaire de l’indépendance de l’ancienne colonie belge.

La nouvelle est réjouissante pour les Belges et Anglais esclavagistes-colonialistes, qu’en est-il des Congolais anti-esclavagistes et anti-colonialistes?

Le 50 ème anniversaire de l’indépendance (?) aiguise sans aucun doute les appétits gloutons, faut -il rappeler que cette période couvre de 1960-2010 et non pas la période antérieure du Congo, propriété personnelle de Léopold II?

N’est-ce pas ironique de faire trôner Léopold II, Albert I et Stanley sur les places à Kinshasa alors que la place des artistes au rond-point de la Victoire est à l’état de l’abandon, squatter par les containers de la police?

L’ancien premier vice-président de Modeste Mutinga à la fameuse Haute Autorité des Médias (HAM), est-il en manque d’idées pour valoriser et développer les patrimoines congolais et tenir compte des enjeux patrimoniaux par une politique culturelle claire?

Pourquoi ne pas créer un musée de l’histoire du Congo, dans lequel le passé comme le présent historique pourraient y être exposé, sans agression visuelle permanente et perpétuelle de Léopold II, Albert I et Stanley??

Est-il juste de remettre Léopold II, Albert I et Stanley sur leur trône, faisant plaisir aux ambassades de la Belgique et du Royaume-Uni, alors que la tombe de Kallé Jeef au cimetière de la Gombe à des herbes folles; que l’avenue Franco Lwambo Makiadi (ex-Bokassa) est dans un état piteux?

Kinshasa a-t-il des bibliothèques accessibles à tous? Pourquoi ne pas réhabiliter le marché de Bikeko à la gare centrale, l’éclairer pour permettre aux artistes de vendre leurs articles même la nuit?movie Going in Style 2017

Quels sont les patrimoines du Congo, aujourd’hui?

Esdras Kambale, le transfuge du mouvement rebelle RCD-ML de Mbusa Nyamwisi, devenu depuis membre à part entière de l’AMP, sait-il au moins qu’à Kisangani, ex-Stanleyville, dans la Province Orientale (Nord-Est), à 2.912 Km de Kinshasa, le socle sur lequel trônait, Stanley déboulonné, sert de borne fontaine publique à la population?
Nous attendons beaucoup d’Esdras Kambale, en tant que ministre de la Culture et des Arts pas nécessaire de sortir de la casse les monuments des esclavagistes pour qu’ils trônent dans les places publiques à Kinshasa. Wait and see.