TO WHOM IT MAY CONCERN: ABOUT WHAT HAPPENED IN SOUTH AFRICA TO CONGOLESE WHO ARE PROTESTING A FRAUDULENT ELECTION

ABOUT BARBAROUS ACTS WHICH OUTRAGE THE CONSCIENCE OF CONGOLESE
COULD SOUTH AFRICA BECOME THE ISRAEL OF AFRICA?

There are times when something outrageous happens, such as the illegal arrest of 150-200 Congolese in Yeoville (Johannesburg january 21-22), that persons of conscience are not sure that they got the information correctly. In the land that invented apartheid, could it be that something more pernicious than apartheid is being born? This is being written with many questions in mind, but also fully conscious that, given the whole history of Africa, over the past 500 years, knowing what happened during that history requires something that challenges one’s conscience to rise to the level of the outrages that have been inflicted collectively, systematically, with greater and greater impunity to humanity on the continent of its birth. Enough is enough says this conscience.

In fidelity to humanity
Keeping it free from insanity
Rooted in solidarity
Never forgetting the fragility
Of conscience, Memory,
Herstory, history, humanity
Shall rise eternity
As its horizon
And for that reason, always remember the preamble and article 1 of te Universal Declaration of Human Rights passed by the UN General Assembly in 1948 :

From the preamble :
Whereas disregard and contempt for human rights have resulted in barbarous acts which have outraged the conscience of mankind, and the advent of a world in which human beings shall enjoy freedom of speech and belief and freedom from fear and want has been proclaimed as the highest aspiration of the common people,

From Article 1:
All human beings are born free and equal in dignity and rights.They are endowed with reason and conscience and should act towards one another in a spirit of brotherhood.

1. This is being addressed to all those who are concerned about the present state of humanity anywhere, but especially on the African Continent. It is also addressed with greater urgency to those who can do something toward healing the bodies and spirits of those who have been violated (and continue to be violated) in their bodies, their spirits. This continuing suffering directly and indirectly linked to the legacies that have dehumanized the African Continent must cease.

2. This is being addressed to those whose functions at any level, financial, economic, educational, juridical, cultural religious, political, medical, social, directly and/or indirectly impact the lives of those who continue to be dehumanized simply because they refuse to submit to dehumanization as practiced under the various misleading banners of “humanitarian interventionism” in their charitable and/or militarized forms.

3. This is being addressed especially to those who have wielded, for centuries, political power with impunity because the returns were too high to let go. This kind of political power has reproduced itself in various guises. This kind of power has been so overwhelming that morality, ethics disappeared and became just words. During these centuries, Africa saw slavery come and go. It was abolished, in a manner. It was followed by the partition of Africa into colonies. The physical and mental borders created by colonialism came to an end, in a manner, with independence. Now globalization has followed the continuation of colonization and apartheid on a planetary scale.

4. Did Africa as a whole ever built a collective memorial to those bodies and spirits that, against the odds, maintained the conscience of humanity? How come that when consciences, anywhere in Africa and beyond, follow what is called for in the Universal Declaration of Human Rights, by revolting against injustice, political and financial highway robbery, in short, how come such revolt of consciences get punished as if following the conscience of humanity has become a crime, especially when it happens in Africa?

5. Is this a sign that there is now humanity of the rich and humanity of the poor? The latter being put in place through humanitarian wars, through courts which are meant to bring peace in those places that are now being colonized by the new form of expanding the murderous legacies of slavery, colonial rule, apartheid?

6. Could all of this be happening precisely because those transitions from slavery, colonialism, apartheid were never dealt with properly, i.e. in the spirit of Mâât, in the spirit of always aiming for justice and truth. Could it be that on the continent where Mâât was invented, there are now forces being harnessed to liquidate all those who are trying to follow what their conscience tell them to do?

7. Could it be that the forces that managed to get away with impunity through those transitions that were not attended in the spirit of Mâât, have decided that they shall always achieve impunity regardless of the crimes they continue to commit in the name of things that mean one thing for the rich and another thing for the poor?

8. Is it not possible for South Africans in any position of political, cultural, legal, religious, social, educational, moral and/or ethical authority to remember that, years ago, under apartheid, there were Congolese and people all over the world who risked their lives, whose conscience revolted against the injustices and untruth, so that humanity could be healed. Is it not possible for these South Africans to rise in solidarity, not just for the Congolese, but also for all Africans who are now being bludgeoned to physical and psychic death so that globalization may triumph and, just like it happened under slavery, colonialism and apartheid, get away with impunity, once again?

9. Raising questions must lead one to stop, think and invent new possibilities, see other ways of achieving the maintenance of one humanity, through peace, justice, truth. Is it not time to stop the insanity that began with Atlantic and Oriental slavery; an insanity that has led, non-stop, to the creation of weapons that are obliterating, little by little, humanity in an instant; an insanity which through repeated impunity for crimes against humanity has continued unabated. Is it not time to encourage those who are outraged by injustice, barbarous acts against their own country to rise up to their conscience as they learned from the lessons of Patrice Emery Lumumba and the African heroines and heroes who gave their lives so that humanity can be healed forever, on the continent of its birth. Only thus shall civilization leads one away from the growing barbarism being witnessed today.

RDCongo : Que faire face à la corruption de la Justice et de la Vérité ?

17 janvier 1961-17 janvier 2012
51 ans dans l’esprit de Patrice Emery Lumumba
à l’école de la conscience
de l’histoire
de la guérison
de l’humanité
de la justice
de la vérité
51 ans
apprenant
à renouer avec MÂÂT
il y a 5000 ans

Pour qui veut écouter les voix de la conscience en RDC, venant de la RDC et d’autres pays, il est clair que ces voix de la conscience émanent d’une majorité de la population, révoltée par un processus électoral frauduleux et criminel Il serait erroné de voir dans cette révolte des consciences seulement le rôle de la hiérarchie de l’Église Catholique. Révolte n’est pas un mot trop fort pour décrire ce qui se passe en RDC. Les racines de cette révolte sont multiples, profondes, séculaires. Minimiser l’importance de cette révolte des consciences comme cherchent à le faire certains organes de presse démontre le degré d’inconscience des forces qui, de génération en génération se sont enrichies sur le dos des Congolaises et des Congolais.

On peut observer, même à distance, que les consciences révoltées s’organisent pour que, cette fois, le changement en RDC ne tombe pas dans les travers qui ont toujours marqué les transitions historiques en Afrique. Le bras de fer qui est maintenant engagé peut amener à une rupture d’avec les habitudes séculaires qui ont conduit l’humanité aujourd’hui au point où son obsolescence n’est plus le fait de spéculation philosophique, mais un fait qui interpelle toute personne de conscience, angoissée par la situation de l’humanité, obsédée par la recherche de gains matériels, par l’imposition de la loi du plus fort en tout et partout.

Que ce soit en RDC, en Europe, en Asie, dans les pays riches ou les pays pauvres, les consciences révoltées expriment le même message : que cesse la dictature de la corruption, que cesse la dictature de l’injustice, que cesse la dictature du mensonge, que cesse la dictature de la finance. Que cesse la recherche de liquidation des plus pauvres par les plus riches. Que cesse le recours à la charité, à l’humanitarisme pour liquider les consciences révoltées fidèles au maintien de la justice, au maintien de la vérité, au maintien de l’humanité.

Ces consciences révoltées disent qu’elles en ont assez des manipulations des mots qui disent une chose tout en pratiquant systématiquement son contraire. Que règnent justice et vérité, sans partage, sans négociation. Pour ces consciences révoltées, un objectif semble dominer : Une fidélité sans faille à la justice et à la vérité défendue patiemment, mettra fin à toutes les pratiques de corruption. Pourquoi penser que ces consciences révoltées congolaises peuvent être porteuses de quelque chose d’inédit ?

Les plans « A » et « B » autour de la RDCongo : un regard

Le plan A de la corruption des élections n’ayant pas fonctionné comme ils l’espéraient, les architectes de la dictature cherchent frénétiquement à mettre en place le plan B.Watch Full Movie Online Streaming Online and Download

Ce plan B doit, pour le dictateur, ses employeurs et ses employés obligatoirement reproduire ce que le plan A envisageait.

S’enrichir sur le dos des Congolaises et des Congolais ne date pas d’hier ou même d’avant-hier. Pour mieux résister aux futurs plans B, il est bon de se rappeler que l’histoire du Congo est à la fois spécifique et générique. Avant que les trafiquants négriers ne décident de faire de l’Afrique leur terrain de chasse privilégié à la recherche des esclaves, leur sollicitude prédatrice avait réduit la population indigène du Nouveau Monde à une fraction de ce qu’elle était avant leur arrivée en 1492. (voir Ch. Mann, 1491, David Stannard, The American Holocaust)

Les pratiques de corrompre la justice et la vérité ne datent pas d’il y a 51 ans quand les héritiers des enrichis se sont organisés pour liquider Patrice Emery Lumumba parce que celui-ci s’était engagé d’être fidèle à la justice et à la vérité en vue de défendre les intérêts des Congolaises et des Congolais. Il y a toujours eu une seule humanité. En liquidant Lumumba, les enrichis sur le dos des Congolaises et des Congolais liquidaient aussi un membre de l’humanité.

Pour la période qui nous intéresse, le dernier demi siècle, la dictature de l’injustice et du mensonge prenait ses racines dans l’esclavage. Cette dictature de l’injustice et du mensonge est plus puissante que les individus sortant de la fission liquidatrice de l’humanité qui a commencé avec l’industrialisation du trafic négrier à partir de l’Afrique. Les dictateurs partent, mais le système qui leur a donné naissance reste.

Sous l’esclavage, sous la colonisation, sous la néo colonisation, la dictature de l’injustice et du mensonge s’est trouvée face à face aux fidèles à la justice et à la vérité, connues et inconnus : Kimpa Vita, Kimbangu, Lumumba, Mulele, et des milliers d’autres. Ne devrait-on pas réfléchir sur les leçons de notre histoire : Kimpa Vita brûlée vive pour avoir dénoncer l’esclavage, un corps sans sépulture ; Patrice Emery Lumumba, son corps liquéfié dans un bain d’acide sulfurique, un corps sans sépulture. Du 2 juillet 1706 au 17 janvier 1961, liquidation de 2 personnes dénonçant la déshumanisation d’un système qui s’appelait esclavage et puis colonisation. Deux consciences révoltées par la situation qu’elles ont rencontrée sur leur parcours. Deux consciences affirmant leur humanité, mais liquidées pour ne pas s’être pliées aux exigences d’un système soutenu par toutes les instances politiques, économiques, religieuses venant de l’extérieur.

Dans toutes les transitions de notre histoire, sans exception, nous retrouvons une caractéristique principale, à savoir que ceux qui se sont enrichis sur le dos des Congolaises et des Congolais se sont toujours organisés pour que les transitions ne changent pas les rapports entre les enrichis et les appauvris. L’objectif était toujours de maintenir le mode de fonctionnement du plan A.

En cas de doute, renvoyons au livre de Louis Sala-Molins (Le Code Noir ou le calvaire de Canaan, p. 277) qui rappelle comment au moment de l’abolition de l’esclavage, les planteurs et les abolitionnistes étaient d’accord, comme le résumait si bien Tocqueville : « Si les nègres ont droit à devenir libres, il est incontestable que les colons ont droit à n’être pas ruinés par la liberté des nègres. » au cas où on pourrait penser qu’il s’agirait d’un lapsus, Sala-Molins cite encore le même Tocqueville : « La France, Messieurs, ne veut pas détruire l’esclavage pour avoir la douleur de voir les Blancs ruinés quitter le sol des colonies et les Noirs retomber dans la barbarie. » Et encore : « Peu s’en faut que nous ne les prenions [les nègres] pour un être intermédiaire entre la brute et l’homme. »

Pour les enrichis, tout changement est acceptable dès lors qu’il ne change pas leur statut, leurs privilèges, le rapport de force entre eux et celles/ceux que leur système appauvri/torture/détruit. Ces derniers ne doivent jamais concrétiser leur rêve d’une société plus juste, basée sur la vérité, sur la solidarité. Face à la fidélité à la justice à la vérité, à la solidarité, à l’humanité, les enrichis répondent par la charité, l’humanitarisme, soit le maintien de rapports de soumission des appauvris aux enrichis, selon les règles (écrites ou non) par eux. Les règles peuvent même changer, mais la règle immuable doit être celle qui reproduit la soumission des appauvris aux enrichis.

Pourquoi ce qui se passe en RDC est important pour le reste du monde ?

Dans la hiérarchisation de l’histoire, la coutume dominante est de reléguer l’histoire des pays comme la RDC à un rang de figurant. Les statistiques des Nations Unies sur les pays les plus corrompus n’expliquent pas les divers chemins par lesquels la corruption s’est étalée. Par où a commencé la corruption de l’humanité comme une et indivisible ? Par où a commencé la corruption de la justice et de la vérité d’une humanité une ?

Quand les plus riches comprendront qu’à l’origine de leur richesse se sont commis des crimes contre l’humanité ; quand les plus riches admettront qu’à l’origine de leur richesse il y a eu une corruption criminelle de la justice et de la vérité, de l’humanité ; quand commencera le dialogue juste et vrai entre riches et pauvres pour sortir de la hiérarchie dictée par les plus riches, ainsi pourra commencer le début de la guérison du crime contre l’humanité chaque fois reproduit quand les plus riches refusent de reconnaître comment leur justice, leur vérité, répandue au nom de la civilisation s’est transformée au cours des siècles en une barbarie qu’on appelle globalisation. Une barbarie qui reproduit, en changeant les mots, les discriminations venant de mentalités acquises durant l’esclavage, la colonisation, l’apartheid. Ces mentalités se sont enracinées car l’impunité des injustices, des mensonges des plus riches, mis à part de rares exceptions, était et reste la règle. Les consciences révoltées des Congolaises et des Congolais sont en train de dire que cette mentalité doit être déracinée.

À suivre 17 janvier 2012

Patrice Emery Lumumba, l’Afrique et la RCD En commémoration du 4 janvier 1959 et du 17 janvier 1961

Il avait dit, il avait écrit, il avait pensé que l’histoire de l’Afrique ne serait plus écrite à partir des capitales d’où partaient les ordres d’en finir avec l’Afrique.

Un peu plus de 50 ans après, les pulsions qui animaient Lumumba et tant d’autres sont restées vives et animent les Congolaises et les Congolais comme si, au cours de cette longue initiation le message émancipateur n’avait cessé de croître dans les consciences. Les pulsions émancipatrices font partie de l’humanité et ne peuvent être liquidées. Jamais.

Les pulsions émancipatrices sont aujourd’hui plus vivaces qu’elles ne l’étaient il y a 50 ans, car se sont accumulées les armes qui faisaient défaut : compréhension de ce que fut l’histoire colonisatrice, aujourd’hui opérant avec la même férocité à partir des mêmes édifices, des mêmes mentalités : réduire l’humanité à la soumission totale et complète aux ordres, aux désirs des plus puissants.

Cette énergie émancipatrice n’est pas seulement venue de Lumumba, il fut, comme Kimbangu, comme Kimpa Vita, comme Ganga Zumbi, comme Makandal, Boukman, Um Nyobe et tant d’autres des relais de pulsions venant des profondeurs de l’humanité pour que celle-ci retrouve les pratiques de fidélité à la justice et à la vérité (MAAT) venant de l’Égypte Ancienne (KMT). L’existence de ces pulsions animatrices des consciences existe tout comme existe la pesanteur. Comme la pesanteur, ces pulsions émancipatrices de l’humanité ne peuvent pas disparaître. En écoutant bien, on peut bien sûr entendre le Big Bang, mais aussi une autre mélopée traversant les courants d’énergie qui parcourent l’univers.

A chacune et à chacun son interprétation de cette mélopée en commémoration du 4 janvier 1959 et du 17 janvier 1961 :

Encore une fois assassinée, la RDCongo
Tout simplement pour motif de maintien de pulsions
Interdites, pulsions libératrices, non vengeresses
Fidèles à la justice, à la vérité
Réactivée, relancée
Il y a plus de 50 ans

Pulsions, vibrations, ondes
Relancées cycliquement
4 janvier 1959 et avec plus d’intensité
en mémoire du 17 janvier 1961
dates indélébiles
dans les mémoires
excédées par les déboires

Pulsions de consciences révoltées
Refusant toute soumission
à manipulations, fraudes
électorales

pulsions toujours plus fortes
depuis le 17 janvier 1961
toujours plus fidèles
Intensément à l’exemple de Lumumba
Des révoltées de la longue histoire
De la rencontre avec les sépulcres blanchis
Civilisateurs fraudeurs
Blanchisseurs de l’humanité
Piégés aujourd’hui dans leurs mailles
Ne sachant plus la différence
Entre civiliser, coloniser
éradiquer l’humanité

Pour mieux liquider
L’humanité, liquidons
En unisson ils chantent des requiem
Pour que disparaissent les peuples africains

En unisson, les civilisateurs
Colonisateurs, fossoyeurs de l’humanité
Veulent liquider, dissoudre le peuple Congolais
Comme après le 17 janvier 1961
Ils ont dissous le corps de Patrice Lumumba
Un corps aux idées et à l’esprit indissoluble
Aujourd’hui vibrant l’insoumission à la dictature
Par tous les sens des congolaises et des congolais
60, 65, 70 millions fois 5, fois une conscience
à la puissance infinie, une force
Qu’aucune armée au monde aujourd’hui, demain
Après-demain, ne peut vaincre

Le dictateur, ses employés et ses employeurs peuvent
Tuer physiquement comment ils ont tué le 4 janvier 1959
Le 17 janvier 1961

Jamais ils ne pourront tuer les pulsions
Emancipatrices continuant de sortir de l’esprit
De Lumumba, libérateur des énergies insubmersibles

Aidons
Le dictateur, ses employés et ses employeurs
A se voir comme ils ne veulent pas se voir :
Vous aimez recourir à la peur, à la terreur,
Mais les Congolaises, les Congolais, ont appris
A ne plus avoir peur de la peur de la terreur
Un jour, ou une nuit, dictateur
Rejeté par la vérité de l’heure
vous prendrez peur

Un jour, ou une nuit, la peur s’emparera du dictateur de ses employés
Et de ses employeurs pour ne plus jamais les lâcher
Car leur heure a sonné
Oui votre heure ne peut plus attendre

La machine à broyer les Africains comme
S’ils n’étaient pas des êtres humains démontre
Des signes d’essoufflement. L’élection programmée
28 novembre 2011 Proclamée victoire n’a pas convaincu
Certains des employés et employeurs traditionnels.

Avant la peur, le doute s’installe
Avant la peur, la colère retenue, la rage contenue
Bientôt il y aura la chasse aux sorcières pour détecter
La faille, pourquoi, comment, etc.

Un dictateur d’où s’échappe la certitude de tout
Est un dictateur fini. Un dictateur qui n’a plus la
Confiance de tous ses employeurs et de tous ses employés
Voit avec mécontentement l’arrivée des signes
Annonciateurs de sa fin.

Cette fin est en train d’advenir grâce à la fidélité
A la pensée, à l’esprit, au désir d’émancipation
Laissés par les lutteurs sans peur pour une Afrique
Libre des dictateurs, leurs employeurs et leurs employés

La nature et les lois de la physique, de la nature
Signalent la fin du dictateur, ses employeurs et ses employés
Sous condition de maintien du désir insatiable
De faire revivre les pulsions de la conscience révoltée
Des martyrs du 17 janvier 1961.

Le temps de la justice et de la vérité,
apprise depuis les temps immémoriaux
toujours présente au travers des héroïnes
connues et inconnues,
des héros partageurs de tout
hélas toujours niée, laminée, triturée, torturée
par les vendeurs du genre humain

toujours présente car justice et vérité
c’est le genre humain toujours vivant
refusant la soumission à toutes les logiques
compétitives productrices
reproductrices de guerres
sans fin nourrices
de la faim et de la fin de l’humanité

Depuis 50 ans, 51 ans, les Congolaises et les Congolais
Rechargés par les pulsions émancipatrices
des martyrs du 4 janvier 1959
des héros du 17 janvier 1961
sont devenus des monuments indestructibles
pour qu’advienne en RDC et sur tout
le continent Africain
la justice et la vérité

Consciemment, inconsciemment, subconsciemment, mais toujours désireux de liberté, le peuple Congolais continue de naître dans, et de connaître le présent et le futur pour lequel tant d’autres dans le passé s’étaient sacrifiés. Un jour ou une nuit, la conjugaison de ces énergies absorbera tous les obstacles rencontrés sur son chemin. La certitude du changement est observable dans le fait que les obstacles sont en train de devenir énergie libératrice. Il y a plus de 50 ans, Lumumba a été liquidé par des gens qui auraient dû le défendre. Pendant 50 ans, le peuple Congolais a appris les leçons laissées par Lumumba et les autres. L’apprentissage a été invisible comme tant de phénomènes naturels, mais les résultats sont visibles, même sil es ennemis continuent de penser comme s’ils étaient encore le 29 juin 1960.

Le peuple Congolais n’a pas besoin de chars d’assaut
Encore moins d’armes nucléaires ou de missiles
Le peuple Congolais en train de se libérer des séquelles
De la colonisation et de la néo-colonisation
est en train de devenir
Une énergie qu’aucune force au monde ne pourra arrêter
Ou dévier de sa volonté de vivre libre dans la justice et la liberté

3 janvier 2012